Revenir en haut Aller en bas


Partagez | 
 

 in the shallow (luce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: in the shallow (luce)   Lun 7 Jan - 21:42

luce yaxley
{ nom, prénom } ils parlent de prestige, elle parle d’amour. ils parlent d’un nom, elle d’une famille. d’un frère, surtout. yaxley. tracé sur les armoiries en vieille calligraphie. chiffons usés – et les broderies ! ah ça les broderies. l’or, l’argent. noyée dans le luxe. la richesse, ça elle connaît ! un patrimoine dressé au fil des années, des générations. luce lumière – mais luce dans le noir, aussi. luce douceur exquise. là où le mal n’a pas sa place. imposture. elle n’est pas comme eux. la gloire, le pouvoir. au diable ! elle n’est pas eux. regardez-là qui s’émancipe.   { surnom } certains l’appelleront princesse. d'autres se contenteront bien de luce. le seul qu'elle affectionne est celui de son frère - quand il n'exige pas trop d'elle. p'tit lu. mais avec les années, ça s'est fait rare. il y a longtemps que les éclats de rire ont fait place à la noirceur. l'ambivalence de deux être qui s'aiment mais qui ne parviennent plus à se comprendre.  { âge } sa moue boudeuse, son air enfantin et son sourire angélique ne mentent pas. luce est à la fleur de l’âge. dix-sept ans et un caractère bien trempé. discrète mais prête à se battre pour ses idéaux. qu’il n’en déplaise, un jour elle déploiera ses ailes.  { nationalité et origines } pas vraiment italienne, luce se considère romaine. passionnée depuis toujours par l’empire romain, elle a une collection de pièces anciennes. on dit même que certaines d’entre elles ont appartenu à Jules César. c’est d’ailleurs à Rome que luce voit le jour, une nuit agitée d’hiver dans la manoir familial du côté de sa mère. italo-anglaise, elle parle parfaitement les deux langues. voix suave qui glisse. qui envoute, parfois. voix qui chante, des comptines intemporelles.{ sang } un sang tout ce qu’il a de plus pur. un patriarche conservateur au point de privilégier le prestige à l’amour, la pureté d’un vermeil translucide. et qu’est-ce qu’on lui a répété pourtant, l’importance de cette suprématie. du privilège d’être née dans une famille immaculée. secrètement elle se convainc néanmoins que la pureté du sang ne fait pas la valeur d’un homme. { occupation } les rumeurs disaient que l’amérique représentait l’avenir, que le rêve américain était un idéal plus proche que jamais. elles disaient que le nouveau tournoi qui se préparait marquerait les âges. les rumeurs disaient aussi qu’il était préférable de quitter le nid familial plus tôt, afin de bâtir un nouvel empire - étendre une réputation. elles ont suffi à convaincre le père de Luce d’envoyer sa fille au loin. elle, elle en rêvait. voyager. voir le monde. elle a quitté Poudlard pour Ilvermony pleine d'espoir et maintenant qu’elle est là, autant vivre l’expérience à fond. { statut civil } si son père a, à de nombreuses reprises, essayé de la fiancer, sa mère a toujours fait front afin d’éviter à sa fille de finir sa vie dans des draps qu’elle n’aurait pas choisi. le sang-chaud italien et le tempérament volcanique de la dame du sud auront suffi à calmer les tumultes de l’idée d’une union arrangée. Luce demeure donc célibataire. elle n’a jamais eu de grand intérêt pour les hommes, elle qui reste convaincu qu’elle saura pertinemment quand elle rencontrera le bon. le premier sera le dernier. s’il lui semble que son cœur ait chavirer un jour, le brigand qu’elle observait fréquemment du coin de l’œil dans les couloirs de l’école britannique n’a donné signe de vie depuis de longs mois déjà. { réputation } la grâce de sa cambrure choque. les formes discrètes de sa poitrine qui se dessinent sous sa robe d'été ne font que brutalement amplifier le contraste. et ses hanches qui dansent lorsqu’elle marche ne sont autres que sirènes aux mélopées ravageuses. elle joue avec candeur de la naïveté de ses gestes enchanteurs. quand les bourrasques caressent sa jupe, elles laissent entrevoir des plaisirs interdits. elles mordent ardemment ce fruit défendu. et son rire qui s’envole fait échos aux murmures malicieux de la bise d’été. femme enfant. quand à l’enfant, les aberrations la submergent. dupe. crédule. candide. naïve. appelez cela comme vous voulez. elle cherchera le bon en chacun, s’écorchera les genoux sur le bitume de la connerie humaine. et ça se sait ça, qu’elle est trop bonne.{ baguette magique } bois d'aulne au coeur d'épine de monstre du fleuve blanc qui mesure 24 cm. plutôt fine. flexible. { dons et capacités } elle vous dira n’être pas particulière. banale. un peu comme les autres. un peu comme ce garçon du coin, mais un peu comme la vieille dame qui nourrit les pigeons sur la grande place de son village, aussi. une normalité déconcertante, sans conséquence. en vrai, luce aurait la capacité de faire sourire les morts. sa joie de vivre est contagieuse. et qu’est-ce qu’elle sait compter ! économe. engagée. grande militante dans la lutte pour la protection des animaux magiques elle met de côté de vrais petits pactoles tous les mois, sacrifiant volontiers le luxe pour offrir la charité.  { patronus } l’aura lumineuse qui se dégage de sa baguette prend la forme d’une belette. souvent sous-estimée, luce brille par sa discrétion. son charme silencieux. imbattable dans les affaires, elle jouit toujours d’une longueur d’avance. il lui semble parfois si simple d’anticiper le prochain mouvement de la concurrence. stupidité déconcertante qui rend la cupidité si facile à déchiffrer.  { épouvantard } n’importe quel animal rampant, ou reptile. depuis toute petite, la blairelle souffre d’herpetophobie. capable de faire un malaise devant une limace, elle a tourné de l’œil, un jour, devant un sortilège de crache-limace. ces animaux la répugnent. les vertiges la guettent. là voilà qui part. elle qui peine ensuite à reprendre ses esprits.  { amortentia } l’agressivité de l’odeur salée lors de l’ouverture de sa pizzeria préférée de la place d’Espagne. la sauce tomate qui se mélange aux cendres de la cheminée. et puis la gourmandise de ce doux parfum de cannelle qui accompagnait les tartes au pomme de sa grand mère. un mélange sucré-salé qui la ravive. un parfum qu’elle ne parvient pas identifier vient clôturer son extase. celui d’un verre d’alcool renversé sur sa robe un soir, par un homme au sourire ravageur. { signes distinctifs } un regard mutin, visage farceur aux milles et une facettes. un sourire chaleureux. un peu trop, parfois. sourire qui brûle. laisse des traces indélébiles. quelque chose de familier. l’odeur d’un foyer qui s’échappe d’un simple murmure. l’audace de s’en approcher, de décrocher l’éclat de rire qui se cache au coin de ses lèvres. luce intimide. sans le vouloir. contraste affolant entre un nom, une réputation et son tempérament. nymphe aux formes envoutantes. dansantes. l’intimidation tendre et douce. celle d’une innocence que l’on craint de briser en faisant un pas de trop. une fragilité qui fait peur. l’angoisse de la salir, de la souiller en posant des mains sales sur son corps immaculé. elle qui donne tant là où certains ont si peur de s’abandonner.  { casier judiciaire } aussi vierge qu’elle. luce n’est pas du genre à mouiller dans de sales affaires. elle n’aime pas se faire remarquer pour les mauvaises raisons et ne transgresse que rarement les règles. lorsqu’elle le fait , c’est souvent par maladresse. pas vraiment la crainte de se faire chopper, juste une éducation stricte qui l’a amenée à être parfois un peu rigide. elle qui n’entre pourtant dans aucune case ne déborde pour ainsi dire jamais du cadre.  { groupes } champions
ambitieuse - susceptible - économe - crédule - douce - idéaliste - loyale - curieuse - réfléchie - prude - patiente
révèle tous tes secrets
quel est ton avis sur la situation du monde magique actuel ? Mon opinion là-dessus ? Je crois que je dirais quele monde va mal. Mais en a-t-il déjà été autrement ? Enfin… j’entends bien que mes raisons de ma plaindre peuvent sembler superficielles et en agacer plus d’un. Certes, nous n’avons pas vécu le climat teinté d’angoisses de nos ancêtres, j’en conviens, volontiers. Mais regardez cette équité qui se mêle à l’hypocrisie. On parle des droits de l’Homme, de ceux des sorciers, aussi, sans jamais vraiment suivre la voie de la justice.  
Nous vivons dans un monde dicté par la surconsommation, rythmé par le vice. Les choses changent, mais rien ne bouge.  On s’inquiète d’une promiscuité avec les non-majs alors qu’on n’a jamais osé se mêler entre nous. Les idéaux puristes des familles comme la mienne ne disparaîtront pas. Un peu plus, un peu moins ? Peut-être que ça mettra du plomb dans la cervelle de certains. Un homme reste un homme. Ils parlent de sommet de la chaîne alimentaire, moi je suis aveuglé par l’évidence de ces êtres qui souffrent de l’égoïsme d’un monde qui se perd.
que penses-tu de l'organisation d'un tournoi après ce qui s'est passé la dernière fois ? C’était le moment ! La peur… ça fige, mais surtout … ça rend bête. Ça pousse les hommes à fuir, à se fuir. Ça multiplie les « on dit » sans que personne n’ose rien dire, au final. Les rumeurs, les mots qui courent, qui roulent sur des langues qui se délient puis s’entremêlent dans un échange galvanisé par la frayeur. J’en ai marre d’avoir peur. Il est temps que le monde sorcier renaisse de ses cendres, retrouve sa superbe. Il est temps que les bannières se dressent sous les encouragements essoufflés d’une foule qui jubile. Il est temps de vivre. D’arrêter de retenir notre souffle devant les démons d’un passé qui est déjà loin. Et ça clouerait bien le bec de ma famille que je puisse concourir. N’être plus celle que l’on protège, mais celle qu’on admire. J’y ai cru un temps, mais je ne suis pas sûre que les autres puissent vraiment voir en moi la trempe d’une championne.
glace à l'ennemi
{ prénom/pseudo  } brioche. mais appelez-moi christelle.  { âge } je cours sur mes vingt-six (outch). { pays, région } suisse, genève. { présence } trois ou quatre jours sur sept, je peux pas promettre plus { avis, commentaire } vous êtes tous si beaux.  { avatar } natalie alyn lind { crédits } perfect paradise { type de perso } inventé.

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA


Dernière édition par Luce Yaxley le Lun 11 Fév - 14:08, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Lun 7 Jan - 21:43

jamais aussi belle qu'une fois brisée
ROME, MANOIR FAMILIAL, DECEMBRE 2012
Les nuits s’étaient enchaînées, depuis son depart. Plus noires, plus démunies de sens les unes que les autres. Dans l’attente, l’ennui, l’expectation. Il lui manquait. Elle en avait passées, des heures, à regarder ce meme plafond, à attendre que la nuit passe. Et elles finissaient toutes par passer. Le soleil finissait toujours par se lever et éclairer les murs roses de sa chambre. Le temps. Ce même temps qui ne cessait de la piéger ; un sablier du temps dont le sable s’écoulait si lentement quand elle était seule, depuis qu’il n’était plus là. Le problème avec la mort c’est qu’elle te tombe dessus. Il n’y a pas de message sur le répondeur – pas de post-it sur le réfrigérateur. Ça saute au cou, ça lacère les carotides. Ça crame les prunelles à coup de solution saline. La lumière s’éteint et c’est le clou du spectacle. C'est un feu rouge de trop. Un quart de centième de seconde qui condamne. Les rideaux tombent, puis elle, elle reste.  Parce qu’elle est comme ça Luce, elle reste toujours. Pour elle l’absence semble être du même gabarit. La douleur semble la même. Était-il seulement mort ? Aurait-elle préféré qu’il le soit ? Il lui avait pourtant promis. Mais quelle valeur pouvait-elle allouer à ses promesses ? Il ne lui avait jamais écrit ; elle avait fini par arrêter d’espérer son retour. Elle avait arrêté d’y croire.Elle avait choisi de sourire quand même. Malgré lui. Malgré son absence.
Un père, revenu trop tard, contrastant amèrement avec un frère, qui a si bien su prendre sa place.  
Le carillon du manoir italien où Isabella Yaxley était venue passer les fêtes avec ses deux enfants résonna en plein milieu de la matinée. Ils avaient eu du monde pour manger, la veille, et tous étaient allés se coucher très tard. Tous, sauf Luce. Du haut de ses onze ans, la sorcière aurait aimé faire comme les grands, mais Igor, son frère, l’avait amenée se coucher avant même qu’elle n’ait eut le temps d’émettre son premier bâillement. Elle était donc logiquement la première sur pieds pour aller ouvrir la porte à l’étranger. Les marches furent dévalées avec prudence, la porte ouverte en un clin d’œil, à la volée. Luce fit un bond en arrière alors que les larmes emplissaient peu à peu ses yeux clairs. « Papa… » Quatre années s’étaient écoulées depuis la dernière fois qu’elle avait vu son père. Quatre longues années. Il avait prétexté un voyage, mais les véritables raisons n’étaient autres que diverses cures de désintoxication inefficaces. « Tu as bien grandi Luce, tu es devenu une vraie petite femme. » Tétanisée. Immobile. Elle ne sût comment réagir. Et le temps qui ne filait plus depuis ces quatre dernières années se déroba sous son poids, sous le poids de son retour. « Qu’est-ce que tu fous la ? » Igor était apparu dans l’embrasure de la porte, il s’approcha de sa cadette qu’il plaça derrière son corps, ménageant bien peu les anciens réflexes qu’il avait mis en place. Luce n’avait jamais connu les coups, Igor avait toujours magnifiquement fait office de bouclier. « Tu n’invites pas ton vieux père à entrer, Igor ? » Les yeux défiants du Serpentard toisèrent ce père de fortune. « T’as qu’à faire comme tu veux. C’est pas comme si t’en avais quelque chose à foutre de nos avis, l’ivrogne. Il y a tes vieux whiskys à la cave. Viens Luce. Faut qu’on aille se préparer. On a à faire. »Elle n’avait pas vraiment eu son mot à dire et, tout en laissant rouler les larmes sur ses joues, elle suivit son frère qui de toute manière lui serrait si fort le poignet qu’elle n’aurait pu prendre d’autre décision. Un arrêt, bref. Son visage boursoufflé qui se tourne, larmes apparentes. « Je suis contente que tu sois revenu. » La poigne d’un frère qui se ressert. Cette fois ci, il était revenu pour de bon. Igor ne pardonnera jamais à sa cadette son indulgence vis à vis de ce père qui n’a jamais su en être un.

KING'S CROSS, VOIE 9 3/4, SEPTEMBRE 2014
Le train qui siffle au loin empli ses oreilles d’une mélodie qui lui semble familière. Le sourire dessiné sur les lèvres de la Poufsouffle s’étire au fil ses secondes, à mesure que la locomotive se rapproche. Sa première année à Poudlard avait enchantée Luce qui s’extasiait tous les jours devant la magie et tout ce qu’elle rendait réalisable, toutes ces choses que les non-majs n’imaginaient certainement même pas possibles. Luce qui avait eu si peur de perdre tout ce qu’elle avait toujours connu, Igor, Zita… Elle se sentait si différente de ceux qui l’entouraient au quotidien que la prise de conscience était souvent déconcertante. Avant même qu’elle n’ait été répartie, elle savait pertinemment qu’elle ne finirait avec ni l’un ni l’autre. Sa sociabilité l’avait sauvée et Luce était parvenue à se faire de nouveaux amis. Néanmoins, elle passait la majeure partie de son temps avec Zita qui demeurait sa meilleure amie, et ce malgré leurs maisons respectives qui avaient pourtant si peu en commun.
« Prête pour une nouvelle année, soeurette ? » Igor vint passer un bras rassurant autour des épaules de sa cadette.  Si leur relation s’était un peu appauvrie depuis le retour de leur père, ils tentaient tant bien que mal tous les deux de garder leurs liens soudés. Ce n’était pas chose évidente. La rancœur d’Igor n’avait d’égal que son amour pour sa sœur. Malheureusement, même elle commençait à perdre de son pouvoir, à perdre de sa valeur à ses yeux. Il s’éloignait, petit à petit, peinant à accepter que sa sœur puisse si aisément pardonner à un père qui s’était absenté pendant tant d’années, à un père qui avait si souvent levé la main sur lui. Igor avait si souvent occupé la place d’un père pour sa cadette qu’il avait horriblement mal vécu le retour de leur patriarche. Luce le serra dans ses bras : « Je suis ultra prête, si tu savais comme je m’en réjouis. »  
« Luce ! » Zita faisait de grands signes au loin. Elle releva le regard en direction de ce frère qui faisait certainement une tête et demi de plus qu’elle. « Tu m’en veux beaucoup si… » Les mots restèrent coincés dans sa gorge, elle ne parvint à terminer sa phrase. Elle peinait tant à s’éloigner de lui, à rompre ce contact qui parvenait toujours à la rassurer, à insufler en elle un espoir inextricable. « File seulement. » Encore une fois, elle le serra contre elle et rejoignit sa meilleure amie au pas de course. Igor fit un signe de la main distingué à la jeune Travers, certain que celle-ci veillerait tout aussi bien sur sa sœur que ce qu’il avait fait jusqu’à présent. Luce était loin de se douter de la dégradation que subirait sa relation avec son frère au fil des années.
Sur le chemin pour rejoindre Zita, elle bouscula malencontreusement une première année qui fit tomber tous ses livres. Luce paniqua, se baissa rapidement pour tout ramasser. « Oh, je vais me débrouiller tu sais. » Le temps que celle-ci parcourt les quelques centimètres qui la séparaient du sol pour rejoindre Luce et ramasser ses livres, la blonde haussa ses yeux clairs. « Non mais tu rigoles, c’est de ma faute tout ça. » La Poufsouffle regroupa les différents livres et les rendit à leur propriétaire. En se relevant, elle tendit une main ferme. « Luce. Luce Yaxley. » Son interlocutrice ouvrit de grands yeux ébahis et entrouvrit la bouche. « Moi c’est Carry Smith. » Sentant le regard de Zita posé sur elle, Luce haussa les épaules d’un air désolé. Elle n’aurait rien eu contre l’idée de faire connaissance avec cette Carry Smith dont le nom lui était totalement inconnu.

ROME, MANOIR FAMILIAL, JUILLET 2017
L’odeur des oliviers tanguait doucement devant les narines de Luce. Le soleil caressait sa peau claire, dispersant ses rayons dans la pièce à travers la véranda. Les marchands se hâtaient sur la place du marché, jacassaient dans des dialectes qu’il lui paraissait parfois si difficile d’identifier. Si elle appréciait généralement le calme Londonien des matins d’été, l’agitation italienne n’avait son pareil. Le charivari de sa ville natale nourrissait sa rêverie de pensées tantôt douces, tantôt plus sérieuses. Les yeux rivés sur le plafond ancien, serti de dorures, Luce était pensive. Zita avait bougé quelques minutes auparavant et la blonde connaissait assez sa meilleure amie pour savoir qu’elle ne dormait plus. Elle pouvait compter les fois où son amie avait pu l’accompagner en Italie pendant les vacances sur les doigts d’une main. La famille Travers avait souvent tant à faire et la présence de princesse Zita n’était évidemment pas négociable. Mais cette année faisait partie de ces belles années où la distance entre elle n’existerait pas durant la belle saison. Pensive, sans délier son regard des dorures modestes, Luce confia ses inquiétudes à son amie. « Les autres sont bientôt toutes fiancées. » Les autres, celles des familles à la gloire ancienne, les autres descendantes de ces mages noires autrefois tristement célèbres. Les autres, celles que les deux amies n’avaient jamais vraiment appréciées, celles qui puaient la prétention. Celles qui s’en prenaient aux plus faibles, qui s’étaient si souvent moquées d’elles, du fait qu’elles n’aient pas persisté dans la tradition des vipères. Une poufsouffle et une serdaigle, et combien que ça détonnait ! Les deux amies qui avaient terriblement mal vécu cette séparation, tétanisées à l’idée que leur relation ne s’estompe à cause de cette différence. Cette séparation qui n’avait finalement fait que de renforcer leurs liens. Deux sœurs que la vie avait fini par réunir. « Les autres, toujours les autres. Arrête Luce ! On ne se mariera pas avant d’avoir trouvé chaussure à notre pied. » Elle soupira, se tourna en direction de sa meilleure amie, visiblement très perturbée par tous les fiançailles qui l’entouraient et qui ne cessaient de pleuvoir. « Je sais bien Zita… mais j’ai si peur que mère flanche et accepte les soumissions de mon père. Je ne veux pas me marier… pas à un homme qui ne me conviendrait pas. »  Elle croisa les bras sur sa poitrine, l’idée d’un mariage arrangé la répugnait. « Autant rester seule. » Capricieuse. Parfois, oui. La Yaxley avait une vision très puriste de l’amour, du mariage, des sentiments. Elle croyait au coup de foudre et au fait que l’amour puisse durer toujours. Elle gobait avidement les histoires rocambolesques de ses romans de toujours, ceux qui s’entassaient dans la bibliothèque du manoir familial.   « Je pense surtout que tu devais te le sortir de la tête. » Zita lui donna un léger coup de coude dans les côtes. Le myocarde de l’italienne accéléra sa cadence comme si elle s’était fait prendre sur le vif d’un crime affreux. Elles n’en avaient jamais vraiment parlé. Luce était toujours restée très mystérieuse sur ses histoires de cœur, sur les hommes qui lui plaisaient. Malicieusement, elle tenta de noyer le poisson dans la mare. « De qui tu me parles ? » Luce retint sa respiration. Elle était partagée entre l’excitation de pouvoir partager son secret avec son amie et la pudeur de pouvoir égoïstement le garder, un peu encore, au moins.  
« Bardsley. » La sentence était sans appel. Zita avait tout deviné et, visiblement, sa meilleure amie la connaissait bien mieux que ce qu’elle ne le pensait.
Quand elles décidèrent de finalement se lever, Luce était à nouveau pensive. Elle pensait à ce sorcier qui l’avait tant perturbée au cours d’une soirée, celui qui par la suite, après la fin de sa scolarité à Poudlard, s’était évanoui dans la nature.
Elle n’avait plus jamais eu de ses nouvelles. Mais qu’il était dur de se le sortir de la tête.

LONDRES, MANOIR FAMILIAL, JUILLET 2018
« J’irai à Ilvermorny et c’est comme ça, je suis pas entrain de vous demander votre avis ! » La sorcière tourna les talons. Luce avait toujours eu beaucoup de peine à s’affirmer. Elle n’était jamais vraiment sortie des sentiers battus, avait fait de son mieux pour suivre la voie que son père et sa mère avaient tracée pour elle. Avec les années s’étaient ajoutées les attentes d’un frère parfois trop ambitieux. Un frère qui espérait pour elle un avenir qu’elle percevait comme un fardeau. L’impulsivité n’avait jamais été l’un de ses traits de caractère premiers. « Luce reviens-ici tout de suite. » Igor lui emboita le pas. Elle fit volte-face. « Vous êtes tous là à me dire ce que je dois faire… et surtout ce que je ne dois pas faire ! »  Les larmes dérapaient le long de son visage, traçant des sillages rosés. « Mais non, bon sang ! Ce n’est pas à vous de décider pour moi. Je suis assez grande pour savoir ce que je veux faire, pour savoir ce qui est bon pour moi... et aussi ce qui ne l’est pas ! Vous commencez sincèrement à m’embrouiller le cerveau avec vos convenances. » Igor la scruta d’un regard dubitatif. « Et ce que je veux, moi ? Quelqu’un y pense ici ? » Son regard balaya le manoir, du haut de l’escalier au salon, passa de son père, à sa mère, puis finalement à son frère. « Hein ? Est-ce que l’un de vous y a seulement déjà pensé ? J’ai envie de voyager, de voir le monde. J’ai besoin de m’extirper de votre aura malsaine pleine de rancœur.  J’étouffe ici. » Elle baissa les yeux, baissa également le ton et, à travers les larmes, elle ajouta d’une voix peu audible. « J’en ai marre d’être votre pantin. » Elle claqua la porte de sa chambre et la ferma à double tour. Igor allait l’enfoncer quand leur mère retint son bras. « Lasciala. » Laisse-là.  Ce soir là, Luce avait enfin pu évoquer un désir différent de celui de son père, différent de celui de son frère. Elle rêvait de voyage, de voir le monde, de quitter cette Angleterre triste mais qu’elle aimait tant, pourtant, mais cette Angleterre dans laquelle son potentiel peinait à se déployer. De sentir des soleils étrangers, vivre des hivers qui la dépayseraient. La blairelle avait besoin de nouveauté, de changer d’air. Voyager. Se sentir libre. Libre de mener sa vie au rythme de ses envies. Elle entendit Igor hausser le ton contre sa mère, Igor qui n’insista pourtant pas à faire entendre raison à sa sœur. « Elle va se briser en mille, tu le sais comme moi. Luce est fragile et vous êtes bien bêtes de la laisser partir. Je ne suis pas d’accord ! Mais à croire que dans cette famille je suis le dernier à encore avoir la tête sur les épaules. » Luce entendit un écho sourd. Comme un coup qui se perdait contre le marbre. A l’état de la main de son frère le lendemain, elle comprendra sa colère. Colère qui ne suffira pas à la faire revenir sur sa décision. Elle leur prouverait qu’elle n’était pas fragile. Qu’elle pouvait le faire. Et encore mieux, elle leur prouverait bien plus. Et durant la nuit, l’étrange idée de se proposer en tant que championne avait germé comme la seule issue à son dilemme, comme le seul moyen de se sortir de ce guêpier maudit. Elle irait à Ilvermorny, et si son désir de s’émanciper aboutissait vraiment, elle serait championne et elle leur prouverait bien à tous qu’ils avaient tord de prendre sa gentillesse pour de la faiblesse. Luce Yaxley n’était pas faible, ni fragile. Elle ne l’avait jamais été, et bientôt, tout le monde le saurait.

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA


Dernière édition par Luce Yaxley le Mar 12 Fév - 10:57, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Hiro Kagari
id : tussanus postea
owls : 181

here since : 19/11/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Lun 7 Jan - 22:52

aaaah bienvenue ici !! natalie est un trop bon choix, la beauté. hâte de te lire, on se trouvera un lien !!

_________________
blablablablablab囧囧 so we could be kings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
Gaagii Hathale
id : Lestracher
owls : 83

occupation : Magizoologiste.
here since : 04/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Lun 7 Jan - 22:54

You've got a million ways to make me laugh

Content de te revoir, douce Luce
Hâte de vous lire, toi et Quiggy

Bonne rédaction pour ta fichette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Lun 7 Jan - 23:06

hiko : t'as vu je l'ai découverte aujourd'hui, j'ai craqué. puis bon certains avaient de bons arguments pour me convaincre. volontiers pour un lien.

gaagii : always, mylove.
j'ai tellement hâte de m'y remettre aussi. réfléchis à notre lien sale bête, qu'on commence vite les choses sérieuses avec un vrai lien cette fois.
merci d'amour.

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
owls : 12
here since : 07/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 8 Jan - 2:34

coucou toi
jotem
à bientôt my love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
annoying step-brother
Praneet Patil
id : moe, l'unstaffiable
owls : 223

occupation : newly promoted to captain of obliviation
here since : 31/10/2018

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 8 Jan - 13:22

on me murmure dans l'oreillette que j'ai affaire à une potentielle future championne
n'hésite pas à mp le staff sur thvnder pour qu'on puisse discuter de tout ça
en tous cas, votre duo avec quigg promet fort, bon courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Brygida Strugatsky
id : DD
owls : 497

occupation : 7eme année, ThunderBird, Cursus défense et Club de Duel. Occasionnellement au club de Débat
here since : 27/09/2018

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 8 Jan - 15:26

Bienvenue !

Luce est cute (et apparemment une possible championne, uh )
Hâte de lire le ship avec Quigg, les deux persos promettent tellement bfbxbfh
Je reviendrai squatter pour voir si on peut se trouver un lien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 8 Jan - 22:52

quiggy : moi qui t'aime.

praneet : chose dite, chose faite mon tout beau.
EST-CE QU'ON PEUT PRENDRE UN INSTANT POUR PARLER DE TES CHOIX ?
avan. potter. je suis parfaitement fan du combo.

brygida : comme t'es jolie. comme t'es gentille. merci.  
avec grand plaisir pour un lien.

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Jeu 10 Jan - 10:24

IN THE SHALASHALALALLOOOW
ton perso est trop pipou, hâte de voir la suite bienvenue!

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rider on the storm
Darcy
owls : 33

occupation : harbinger of death.
here since : 06/11/2018

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Dim 13 Jan - 6:13

rien que le titre :'((((((((((((((
vrmnt hâte d'en lire plus de luce (oooooooh petit jeu sur les sons, on aime)

bienvenue et bisous!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
Azrael Silaïev
owls : 311
©Almilozee
occupation : unspeakable.
here since : 25/10/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Dim 13 Jan - 15:55

potentielle future championne, c'est intéressant ça dis donc
puis elle a l'air tte douce et adorable ta luce, ça donne envie de lire son développement hihi
bon courage pour la suite de la fiche en tout cas, et bienvenue

_________________
- - he wore his hatred like a cruel second skin. MS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Atari Maruyama
id : tia.
owls : 100

occupation : part-time student and full-time badass. champion.
mappa mundi : ilvermorny.
here since : 25/10/2018

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mer 16 Jan - 21:15

jkiffe le pseudo !!!
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Mara Zabini
id : cha, bltmr
owls : 97
here since : 22/10/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 22 Jan - 21:23

hello, le délai de ta fiche est terminé, peut-on avoir des nouvelles ?

_________________
see, i've had to burn your kingdom down and no rivers and no lakes can put the fire out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 22 Jan - 21:54

merci tout le monde.

sososo sorry de n'avoir pas encore terminé j'ai eu quelques imprévus, dont une opération de mon papa demain qui me prennent un peu trop le chou pour que je me plonge totalement dans ma fiche. si tout se passe bien, je devrais m'y mettre pleinement dès demain. serait-il possible d'avoir un délai supplémentaire ?

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Mara Zabini
id : cha, bltmr
owls : 97
here since : 22/10/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 22 Jan - 21:58

y'a pas de problème chaton, prend le temps qu'il te faut, je comprends totalement ! et j'espère que tout se passera bien pour ton papa et que c'est pas trop grave

_________________
see, i've had to burn your kingdom down and no rivers and no lakes can put the fire out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Luce Yaxley
owls : 17

here since : 07/01/2019

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Jeu 24 Jan - 14:55

je viens juste vous dire que l'opération s'est très bien déroulée, je vais rester un peu à son chevet tout de même sait-on jamais mais d'ici la fin de semaine ma fiche devrait normalement être terminée (parce que je vous aime déjà d'amour en vrai )

_________________
elle n'est pas parfaite

et tu tomberas sur le bitume mais tu pendras l'habitude. tu y laisseras quelques plumes et c'est la vie. elle fera des promesses qu'elle ne tiendra pas. elle fera des prouesse aussi quelque fois.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lil bro
Davi Medeiros
id : banjee kween ¦ alex.
owls : 371

here since : 27/03/2018

nightcalls
in your pockets: gums.
relations:

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Dim 3 Fév - 20:09


plein d'amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
Nivi Forsythe
id : saturnz barz (maë)
owls : 70

occupation : réinviter le vent, étudier sans but, assister le prof d'alchimie à morny
mappa mundi : un troglodyte au nevada
here since : 08/12/2018

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   Mar 5 Fév - 14:55

bienvenue, tu sens bon l'amour
hâte de te lire et bon courage avec ton papa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: in the shallow (luce)   

Revenir en haut Aller en bas
 
in the shallow (luce)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ST VALLIER DE THIEY °Chapelle Sainte Luce °
» 44 - Sainte Luce sur Loire - Docuwest
» Wanted
» Autobiographie d'une boite au lettre
» FlyingFighter ! Helifan !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h v n d e r :: 
fit the box, fit the mold
 :: the sorting ceremony :: welcome home
-
Sauter vers: