Revenir en haut Aller en bas


Partagez | 
 

 l'enfance est un couteau planté dans la gorge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Jeu 3 Jan - 19:56

nawal khalil
{ nom, prénom } KHALIL, nom paternel, seul souvenir qu'il lui reste. NAWAL, auquel elle est attachée - et reprend férocement les Nawel qu'elle peut entendre. DALILA, plus délicat, moins rugueux. { surnom } LE DEMON DES MONTAGNES, autrefois. { âge } TRENTE-DEUX ANS de malheurs, passés à survivre plutôt qu'à vivre. (01/02) { nationalité et origines } TUNISIENNE, née dans un petit village - naturalisée AMÉRICAINE pour avoir l'illusion d'appartenir à un endroit. { sang } MÊLÉ. { occupation } HERBORISTE et POTIONISTE - la pauvre boutique qui se mêle aux rues de the Hollow NE PAIE PAS DE MINE : mais on sait pourquoi on y vient. Plantes ou potions, pour peu que l'on FOURNISSE LES INGRÉDIENTS, les mains habiles de la tunisienne sauront y faire. { statut civil } CÉLIBATAIRE, if you can't love yourself how the hell are you gonna love somebody else ? { réputation } PEU FRÉQUENTABLE de par ses réactions imprévisibles voire primaire parfois mais un TALENT INDÉNIABLE qu'on ne peut lui retirer. Sa nature lycanthrope est MURMURÉE entre quelques oeillades craintives : on se méfie d'elle, on a peur qu'elle ne se jette sur nous. ÉTRANGE et TRISTE - on s'interroge sur son accent, ou son histoire qu'on peut lire dans ses yeux enflammés de colère. CHAT SAUVAGE qu'on chasse, parfois - dont on évite la compagnie, car il pourrait bien avoir la RAGE. { baguette magique } SORBIER, CROC DE RUNESPOOR, très SOUPLE, VINGT-SEPT centimètres. Sa scolarité à Uagadou l'a habituée à l'usage de la magie sans baguette - et s'habituer à l'objet occidental a été compliqué. Elle préfère agir sans - mais trouve un certain réconfort à sa présence, la personnalité du bout de bois vibre en elle. { dons et capacités } LYCANTHROPE de naissance, garou africain - malédiction qui lui pourrit le sang, le chacal qui gronde dans ses os. TRANSPLANAGE précis, MAGIE SANS BAGUETTE brutale. { patronus } INCAPABLE d'en produire un - les souvenirs heureux sont flous, sonnent fades à ses oreilles habituées aux notes amères. { épouvantard } SANG et POUSSIÈRE sur les mains - une pile de cadavres, qui grandit, encore et encore dans un craquement d'os atroce. Papa et Walid qui trônent à son sommet - ensanglantés, les yeux dans le vide. "Meurtrière", scandent les morts, "Monstre" qu'ils hurlent. Et elle pleure, Nawal. Elle hurle comme une bête blessée. { amortentia } Le PATCHOULI qui chatouille le nez, un peu de CITRON qui rend le tout amer. Les PLATS DE PAPA, comme avant. La MAISON. { signes distinctifs } Teint MALADIF, FANTOMATIQUE, allure FAIBLE et regard FÉRAL. CICATRICES, GRIFFURES et BLEUS non identifiés un peu partout. Air ABATTU, épaules BAISSÉES. Accent ARABE perceptible. POIGNETS et CHEVILLES rougis par des liens trop serrés, qui la retiennent tant bien que mal les soirs de pleine lune. { casier judiciaire } VIDE, du moins officiellement. Il y a bien un crime pour lequel elle n'a jamais été tenue coupable - mais la culpabilité est là, lui déchire le coeur même après ces quinze années. { groupes } society.
they only care when you are dead
révèle tous tes secrets
amère, triste, sauvage, déprimée, imprévisible, s'adapte vite, acerbe, protectrice, sombre, résignée, brutale, cassée, solitaire, hargneuse, pleine de colère, peine à trouver sa place, ne fait pas confiance, rusée, très basse estime d'elle-même, ne se met jamais en avant, reste toujours dans l'ombre, instinctive, acide, courageuse, réflexes animaux parfois, se fie énormément à ses sens (odorat et ouïe), bête blessée.
quel est ton avis sur la situation du monde magique actuel ? Elle ne s'est jamais sentie en sécurité ou acceptée par la société sorcière, de par la malédiction qui coule dans ses veines. Et la récente exécution d'un jeune loup-garou n'a fait qu'accroître cette sensation. Elle se fiche bien de l'évolution de la société sorcière puisqu'elle n'a pas l'impression d'en faire réellement partie - non-maj, sorciers ... elle ne fait confiance à aucun des deux, alors ça revient au même à ses yeux.
que penses-tu de l'organisation d'un tournoi après ce qui s'est passé la dernière fois ? Si c'est un moyen pour eux de se distraire, grand bien leur fasse. Elle n'en a pas grand-chose à faire - s'intéresse à sa propre survie. Si le tournoi tourne encore une fois mal, seuls les plus forts survivront - c'est ainsi que vont les choses. C'est peut-être une façon froide de voir les événements - mais on ne lui a jamais réellement donné une raison d'avoir de la compassion envers les sorciers. Cependant, une part d'elle-même toise l'organisation du tournoi avec un genre d'amusement grinçant - une façon de détourner l'attention du bordel qui s'annonce. Ils ne perdent pas le nord.
glace à l'ennemi
{ prénom/pseudo  } elif/thestral. { âge } 19 piges. { pays, région } je viens du 91 je sais me bagarrer. { présence } 7/7 I guess. { avis, commentaire } bof l'accueil. { avatar } nadia hilker ma femme. { crédits } midnight blues. { type de perso } inventé.


Dernière édition par Nawal Khalil le Ven 11 Jan - 1:27, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Jeu 3 Jan - 19:57

too dead to die
(((play)))
« Tu l'as entendu cette nuit ? »

Houliya jette un regard à Nawal, occupée à regarder les insectes fourmilier à côté d'elle. La roche est dure et chaude contre sa peau : le soleil estival frappe fort sur leur peau brune. Les cheveux hrach qui brillent - bouclent et s'agitent doucement au gré du zéphyr. Elle n'a pas entendu Houliya - cette dernière s'impatiente et lui donne un léger coup dans l'épaule avant de réitérer sa question. « Qui ça ? » Léger flottement - Houliya regarde son amie, perplexe. Comment ça, "qui ça" ? Tout le monde l'a entendu. « Le Démon des Montagnes. » Le nom est balancé comme une évidence, avec une pointe d'agacement. Le regard de Nawal, aussi noir que ses sourcils, s'éclaire un peu : l'étincelle qui y sommeille semble briller d'une ferveur nouvelle. « Maman m'a dit qu'il hurle comme ça parce que c'est un monstre. » Elle est sûre d'elle, Houliya. C'est vrai que le Démon hurle fort - tout le monde en parle, dans le village. Tout le monde l'entend. Tout le monde en a peur.

Et pourtant, Nawal a l'air d'en être totalement détachée.

Pendant quelques secondes, elle fixe la roche - l'effleure du bout des doigts, sous l'oeil curieux de sa camarade. « Peut-être qu'il est juste triste. » Silence. L'autre enfant écarquille les yeux - ça lui semble impensable. Nawal se fait défensive - une moue naît sur ses lèvres alors qu'elle fronce légèrement les sourcils.

« Les démons pleurent aussi, tu sais. »

---

La porte s'ouvre dans un grincement - Nasser tourne la tête et reconnaît la silhouette de sa fille. Les larmes coulent encore sur les joues de la gamine alors qu'elle entre dans la volée et se jette dans les bras du père à l'allure cassé. Elle est si maigre quand il la serre dans ses bras et la berce doucement. Si maigre quand les hoquets la prennent et secouent son corps.

Waliz se tient encore dans l'entrée de la porte, les poings serrés et le regard noir. Un peu de sang  coule de ses lèvres et de son arcade sourcilière. Nawal pleure un peu plus fort alors que papa lui caresse les cheveux et lui murmure quelques paroles. « Ils l'ont encore embêtée ? » demande-t-il à son fils, alors que ce dernier ferme la porte et retire ses chaussures. Walid hoche de la tête. Pas un son ne franchit l'espace de ses lèvres : il a la gorge trop serrée par la colère pour dire quoi que ce soit.

Les enfants du village aiment embêter Nawal
C'est qu'elle les amuse,
Avec ses cris et ses mains sales qui s'agitent trop vite.
Elle les fait rire avec son caractère enflammé -
Feu follet qui brûle trop fort,
Diablesse aux yeux des autres parents.

« Je les déteste, baba. » souffle-t-elle entre deux sanglots, la voix étouffée. Nasser serre les dents et la berce un peu plus alors qu'elle s'accroche plus fort à ses vêtements - ses ongles se plantent si fort dans son dos qu'il en a mal. « J'irai parler à leurs parents. » Mais est-ce que ça changera réellement quelque chose ?

---

Les parois de la grotte semblent étendre leurs bras froids vers elle, prêts à l'étrangler. Les épaules tremblent - il fait froid.

Le contact du métal contre sa peau la fait frissonner de plus belle. Quand le dernier clang résonne, papa s'accroupit à côté d'elle et lui caresse la joue. Nawal jette un regard aux chaînes qui entravent ses poignets et ses chevilles et ne peut réprimer la grimace. Elle a l'habitude, maintenant. Ça a toujours été comme ça. Quand la pleine lune arrive, ils viennent ici - et ils l'attachent. Tout s'est toujours bien passé, ça fait neuf ans que c'est comme ça - depuis qu'elle est née. Neuf ans qu'elle est un monstre. Papa lui a dit que c'était les même chaînes que maman utilisait. « Trop serrées ? » demande-t-il, quand il voit le regard de sa fille se fermer un peu. « Hm. » Le son est étouffé, le visage fermé. L'approche de la pleine lune n'est jamais bon, et elle commence déjà à s'agiter - les gouttes de sueur perlent sur son front alors qu'elle peut déjà sentir la Bête gronder entre ses os.

Une dernière fois avant de partir, Nasser vérifie les chaînes : le bruit métallique résonne dans la grotte perdue dans les montagnes, suffisamment éloignée du village pour lui accorder de la tranquillité. Elle n'a plus peur, Nawal. « Je t'aime malaikati. » Un dernier baiser sur le front avant de s'en aller et de laisser sa fille affronter la pleine lune.

---

Un cri qui résonne dans la forêt. Nawal redresse la tête et, quand le second cri résonne - plus proche du pleur - elle se met à courir vers la source de la voix. Le sol est sec sous ses pieds - mais elle en a l'habitude. Ces chemins escarpés, elle les connaît par coeur - ils sont sa maison. D'un bond, elle saute par-dessus un buisson - et quand elle atterrit de l'autre côté, c'est pour trouver une petite Hasna pétrifiée. Fille d'un des bergers du village, aux boucles de feu et aux yeux noirs - terrorisée à la vue du canidé grondant face à elle. Maigre comme la mort, l'animal bave - la folie dans la pupille qui l'anime est tout de suite remarquée. Nawal se stoppe, fléchit les jambes - le regard va du chacal à Hasna. L'animal fait claquer ses dents dans le vide, en direction de la nouvelle arrivante, arrachant un bruit étouffé à la petite en face. « Bouge pas. » fait Nawal à Hasna, alors que cette dernière fait mine d'avancer vers elle.

Hasna se stoppe.
Le chacal aboie et se jette sur elle.

LE
    TEMPS
          RALENTI

L'instant d'après, ce sont les crocs de Nawal qui se plantent dans le cou de l'animal. Elle ne comprend ce qu'il se passe qu'une fois le goût du sang envahissant sa bouche. L'instinct a pris le dessus, la Bête a agi sans même la laisser comprendre - et le hurlement de Hasna se mêlant à ceux du chacal  blessé la font sursauter. L'animal se débat, s'agite - donne des coups dans le vide mais Nawal serre les crocs encore plus fort. Les griffes lacèrent le ventre de l'animal agonisant qui finit par retomber, lourd, contre le sol aride. Crocs et griffes disparaissent - mais le sang reste.

Goût de sang et de poussière qui lui remplit la bouche, elle crache, Nawal. Essuie l'hémoglobine avec son avant-bras mais ne fait que l'étaler, traçant un trait écarlate macabre sur sa peau. « Ça va ? » qu'elle demande à Hasna - mais la gamine a déjà fui.

Plus tard, Hasna sera retrouvée par ses parents . Elle leur jurera avoir vu le Démon des Montagnes, qui l'a protégée. Ils lui riront affectueusement au nez et, en la berçant le soir, lui diront que les Démons ne protègent pas les petites filles aussi jolies qu'elle.

Ils les mangent.

---

Nawal finit par marcher dans les pas de son frère. Uagadou lui ouvre ses portes. Un soir, le messager se glisse dans ses songes et lui annonce son inscription. La pierre qu'elle retrouve dans sa main à son réveil lui arrache un sourire, un de ceux qu'elle ne laisse échapper que rarement. « Je vais aller à l'école avec toi akhi ! » Sont les premiers mots qu'elle lâche à son aîné, un sourire large comme le monde collé aux lippes. Nasser les regarde rire avec tout l'amour qu'un être humain peut possiblement ressentir. Sa femme les a quittés le jour où Nawal a pris sa première bouffée d'air, mais il peut la voir en eux. Dans la façon dont la flamme s'anime dans leurs yeux quand l'excitation les prend, ou encore quand ils froncent les sourcils alors que la frustration les tourmente. « Mais, baba, ça ira tout seul ? » Nawal s'inquiète pour papa. C'est vrai qu'il a toujours été avec eux. Et, quand Walid est parti pour l'école, c'est Nawal qui est restée. Maintenant, il sera tout seul, papa. Il sera pas trop triste ?

---

Les montagnes brumeuses qui lui ouvrent les bras, et l'émerveillement qui lui ouvre grand la bouche. Uagadou est superbe, merveilleuse - ses contrées magiques lui ouvrent de toutes nouvelles portes. Walid lui avait déjà décrit les paysages qu'elle pourrait voir, mais c'est au delà de son imagination. Papa avait beau lui dire qu'un jour, elle aussi elle irait dans une école comme Walid, parce qu'elle était spéciale comme maman : elle ne s'attendait pas à ça.

---

Les grottes des montagnes lui rappellent celles du village. Elles dégagent cette même sensation de sécurité, alors que la pleine lune approche. Au loin, le soleil se baisse déjà et teinte la roche de lueurs orangées. Walid lui serre la main, alors que les deux professeurs leur ouvrent le passage. Si elle a été acceptée à Uagadou, il a fallu trouver une solution pour sa condition, comme ils l'appellent. Le mot lycanthrope n'a jamais franchi les lèvres de qui que ce soit, et elle ne sait pas si c'est une bonne ou mauvaise chose. La tue-loup est trop chère et compliquée à produire, incertaine aussi.
Alors elle leur a parlé des grottes et des chaînes, Nawal. Des pleines lunes passées dans les montagnes à la maison, seule et attachée comme un monstre. C'est bien plus sûr, comme ça. Il n'y a jamais eu de problème. Elle n'est pas bien large, Nawal. Plutôt maigre et cassée. Alors quelques chaînes bien solides pouvaient encore la retenir.

Et ça leur a donné une idée, aux professeurs. Au directeur. Les grottes des montagnes sont grandes, faciles à garder et enchanter de sorte à ce qu'elle soit bien gardée. « A demain, Nawal. » lui souffle Walid. Un baiser sur le front, comme le faisait papa - c'est Walid qui reprend le rôle de gardien, maintenant. Il ne laissera personne enfermer sa petite soeur sans savoir où elle est. Il est l'heure de partir souffle un des professeurs. Il acquiesce, presse son front contre celui de Nawal. Une sorte de promesse non prononcée mais qu'ils connaissent par coeur. Les sorts de protection sont lancés une fois qu'il est parti - les chaînes aussi. Le contact froid contre sa peau du métal lui semble si familier, maintenant. Elle y trouve un certain réconfort.

Et, quand l'amie lunaire vient pointer le bout de son nez dans le ciel noir et nuageux, l’éclipse se fait dans l'esprit de la gamine.

---

C'est le rappel à la réalité bien vite. Tu seras jamais comme les autres vocifère la voix amère dans un coin de sa tête, tu seras toujours regardée de loin. Ils te feront jamais confiance. Les rumeurs qui se propagent petit à petit. C'est qu'on la remarque, son absence dans les dortoirs à chaque pleine lune. On les entend, les conversations murmurées entre les professeurs. Et si Walid veille au grain, ombre protectrice qui la couve, il ne peut contrôler les mots des autres.

La scolarité se fait silencieusement. Peu de mots prononcés, on la pense muette parfois. Le regard brûle au fond de la salle de classe, les notes sont excellentes malgré tout.

Jamais les mots loup-garou ne sont prononcés devant elle.
L'Omerta est officieuse.
Tout le monde le sait.
Personne n'en parle.

Seuls quelques regards et murmures prononcés sur son passage. Fantôme qui hante les couloirs de l'école, Démon qui hurle dans les montagne quand la compagne astrale se montre de tout son être.

L'amertume qui lui prend la gorge.

Elle aimerait bien être comme les autres, Nawal.

---

Sept ans de scolarité. Des notes à en faire pâlir les autres. Papa et Walid fiers, surtout papa. C'est qu'il croit qu'elle s'est fait des amis, Nawal. Quand il lui envoie des lettre et lui demande comment ça se passe, elle ment. Pendant sept ans, elle a menti. Masqué la réalité. Comment dire à son père sans détruire tous ses espoirs ? Elle n'en a pas eu le coeur. C'est peut-être mieux ainsi. Qu'il pense que sa fille ait eu une scolarité normale. Mais peut-on réellement être normale quand on a le sang pourri ? Parfois, Nawal hait sa mère pour lui avoir laissé cette partie d'elle-même.

Elle aurait préféré avoir ses yeux.
Mais elle a ceux de papa.

---

Le retour à la maison pour de bon, après la dernière année. L'obtention du diplômé et des félicitations des professeurs - papa est ravi, quand il lit le bulletin. C'est que, papa n'est pas un sorcier. Tout est merveilleux pour lui. Les cours de botanique, de soin aux créatures magique, la vision de la magie jaillissant des mains désormais expertes de sa fille. Il n'a aucune once de magie en lui, alors il s'extasie sur les prouesses de la chair de sa chair.

Walid le rend déjà fier pour deux. Il arpente le monde à la recherche à la recherche de découvertes. Il leur envoie des lettres, des photos - mais ça fait bizarre, de ne plus l'avoir à la maison. Il leur manque. Alors Nawal s'est promis de rester avec papa.

Où pourrait-elle bien aller, hein ?
Y a qu'en papa qu'elle a confiance, ici.

---

L'eau qui chante à ses oreilles la tire de son sommeil. Les paupières, lourdes, s'ouvrent difficilement - un grognement animal s'échappe des lippes gonflées. Les os craquent, la lumière lui ôte une grimace.

La lumière.

Pourquoi ? Il n'y a jamais de lumière dans la grotte.
Il n'y a pas de ruisseau non plus, dans la grotte.

L'accumulation d'informations lui arrache un sursaut, lui octroie une piqûre d'adrénaline. En un bond, elle est debout. Les sens sont en éveil alors qu'elle sonde les alentours. Elle n'est plus dans la grotte. Le coeur bat à la chamade dans sa poitrine alors que l'odeur du sang lui arrive seulement après.

Sang et poussière.

Le palais est sec, rugueux : un désert de désolation dans les tréfonds de sa gorge serrée. Le corps, nu et ensanglanté (mais pas le sien), frissonne. Les lambeaux de vêtements gisent un peu plus loin, eux-aussi couverts de sang noir, maintenant.

Pitié, non. Les mots ne parviennent pas à franchir le bord de ses lèvres, mais elle les pense fort. Si fort qu'elle en a le crâne prêt à exploser. Pitié. Pitié. Pitié. Pitié. Le mot se répète, encore et encore, alors qu'elle s'asperge le visage d'eau. Le liquide glacé lui remet un peu les idées en place : mais pas suffisamment. Les doigts s'agitent en direction du tissu massacré, la magique fuse : l'instant d'après, elle est habillée et les vêtements sont comme neuf.

Tout mais pas ça. L'odeur du sang, le goût amer et métallique contre sa langue. Même s'il est sec, elle peut encore le sentir. Le village.

Elle est pâle comme la mort, Nawal, quand elle se met à courir en direction du village. Pas un son à ses oreilles. La panique annihile tout. Juste un bourdonnement - le sang qui cogne comme mille tambour de guerres à ses oreilles, prêtes à exploser.

Les larmes de panique se bousculent au balcon de ses yeux.

Quand elle arrive au village, l'atmosphère qui y règne lui donne envie de vomir. Les regards sont horrifiés, les visages blêmes. Pas un enfant, on les a tous gardés à l'intérieur. Y a les hommes, qui ont la mine grave. Les mères qui se sont voilées les cheveux de noir.

Qui ? La question s'agite dans sa tête. Elle a peur de la réponse, quelque part. Le village est silencieux comme la mort, il n'a jamais été comme ça. Elle a beau avoir détesté cet endroit de toutes ses forces, elle ne le reconnaît pas. La mélodie dissonante du silence morbide à ses oreilles lui donne envie de hurler. De combler l'absence de bruit.

On l'appelle. Elle tourne la tête, le regard hagard. A bout d'haleine. C'est qu'elle a couru de toutes ses forces, la pauvre. « Nawal, ma chérie. » La voix tremble. La main aussi, sur son épaule. Quelque part, elle sait déjà l'annonce qui va tomber. Mais elle refuse de l'admettre. Le déni, il est là. Il casse tout sur son passage. « C'est Nasser. » Les yeux, vides, croisent ceux  dégoulinant de pitié de la voisine. Un ange passe, et tout le Paradis avec lui. Dix ans passent entre la dernière phrase, et l'annonce qui suit. « On l'a retrouvé ce matin, dans les champs. » Encore un espoir, la lueur qui anime son regard : mais elle meurt aussitôt en croisant le regard de la voisine. « Ton père n'est plus avec nous, mon ange. » Le marteau de la nouvelle qui s'abat avec une force inouïe sur son coeur. « Il est mort, Nawal. »

Nasser est mort.
Et c'est à cause d'elle.
Mais ça va aller.
Elle aimerait les croire.
Il faut prévenir Walid.
Elle n'a même pas la force d'y penser.
Nawal, écoute-nous.
Non, non, non !

elle
a
tué
papa

Nausée qui monte, haut-le-coeur qui la prend.
Et elle recrache tout.

La bile qui dégouline, elle veut tout recracher. Elle veut plus sentir le goût du sang de Papa. C'est Papa qu'elle a dans la bouche. Elle veut plus, Nawal. Elle veut pas. Elle veut s'en débarrasser. Les ongles qui s'enfoncent dans la paume de ses main, et les tremblement qui reprennent de plus belle. Les larmes qui montent mais ne coulent pas. Pas un son. Pas un cri. L'ouragan qui emporte tout sur son passage dans le silence des plus effrayant. Noir. Le corps qui lâche, et le silence qui l'emporte.

Elle aurait aimé pouvoir hurler, Nawal. Ce qu'elle aurait aimé pouvoir hurler.

---

« 26 août 2004
Akhi,
Comment vas-tu ? Je ne sais pas comment t'écrire cette lettre. Mes mains tremblent. Désolée si mon écriture est illisible, je fais de mon mieux.

Je vais te l'annoncer d'une traite, ce sera moins douloureux que de l'enrober dans des mots qui, à mes oreilles, sonnent bien trop creux. Rapide et sec, comme on retire un pansement. Ce sera bien mieux.

Papa est mort, la nuit dernière.

Les chaînes ont lâché et la Bête s'est libérée. On l'a retrouvé au petit matin dans les champs qui longent le village, sous le Grand Chêne où il nous racontait des histoires, avant.

Je voulais qu'on le laisse se reposer dans les montagnes, près des bougainvilliers. Tu sais combien il les portait dans son coeur. Elles lui rappelaient maman. A chaque fois qu'on passait devant, il s'arrêtait et les admirait, humant leur odeur avec cette douceur qui lui était si singulière.
Mais les voisins n'ont pas voulu. Je n'avais pas la force de me battre avec eux. On l'a enterré ce matin, au cimetière du village. Il est tout seul. C'est injuste. Personne ne l'a jamais fait se sentir membre à part entière du village. Je les déteste.

Akhi,
Je vais m'en aller. Aujourd'hui. Loin.
Je ne veux pas rester ici. Papa n'est plus là, je n'ai plus nulle part où rester. C'est le moment de découvrir le monde, un peu comme tu fais, pas vrai ?

Tu dois me détester, toi aussi, pas vrai ? Tu as le droit. Je comprends, tu sais. Je me détesterai aussi. Alors, tu peux me haïr. Je t'aime assez pour nous deux.
Je vais partir. Mais, ne cherche pas à me retrouver. C'est mieux ainsi. Continue d'arpenter le Monde, comme tu sais si bien le faire. Je suis fière de toi, akhi.

Je t'aime. Même si tu ne dois plus m'aimer, toi.
Je t'aime, c'est pour ça que je pars.


- Nawal. »


_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?


Dernière édition par Nawal Khalil le Ven 11 Jan - 2:08, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
avatar
id : Lestracher
owls : 385

occupation : Still learnin.
here since : 19/11/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Jeu 3 Jan - 20:10

LUNA

Jolem déjà !
Bienvenue à la maison, hâte de te lire

_________________
young and sweet, only seventeen
You're a teaser, you turn 'em on, leave them burning and then you're gone, looking out for another, anyone will do. You're in the mood for a dance and when you get the chance. ▬ You are the Dancing Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
annoying step-brother
avatar
id : meanieminymo (mo)
owls : 937

occupation : minds his own business overall, but can be a real pain in the ass if provoked
mappa mundi : in the middle of some shitstorm
here since : 26/09/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Jeu 3 Jan - 20:50

queen
slay my entire existence please
walk all over me with them heels

_________________

--- darling
i've been having dark dreams, they come on to haunt me, i can't seem to let them go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 0:01

@Veltal Smackhammer OUI what a shame elle est partie trop tôt j'adorai le personnage
merci !!! j'espère que la suite plaira

@Tayo Fischer thanks boo
i'm soft rn
love you

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lil bro
avatar
id : banjee kween ¦ alex.
owls : 361

here since : 27/03/2018

nightcalls
in your pockets: gums.
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 3:35

" CÉLIBATAIRE, if you can't love yourself how the hell are you gonna love somebody else ?"
ptdrrrr toi et mo là jpp de vous mais en mm temps jvous adore dans quel monde manichéen vit-on????

vrmnt beauté céleste jsuis fan :'((((((((((
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
run for your life
avatar
id : tussanus postea
owls : 129

here since : 19/11/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 9:25

pfff non mais bcp trop la beauté. on a envie de lui faire des calins, mais un peu peur des crocs tho. rebienvenue, bon courage pour le reste de la fiche ca sent très très bon tout ça

_________________
blablablablablab囧囧 so we could be kings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
avatar
owls : 448

here since : 03/10/2018

nightcalls
in your pockets: necklip + ocarinas (nocturne & diurne)
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 15:07



bjr t'es bien trop douce mme.
mais en vrai ouin, pauvre nawal, on veut trop la réconforter et lui dire que ça ira mieux mais en même temms trop badass et tout
bref, jtm hâte de lire la suite boo ça va être ouf on le sait

_________________
foule
fantôme
 ☼ ✰ ☾ It seems, it seems mighty treacherous A superstition leads me Maybe, maybe it's getting dangerous I'm counting symbols, one, two, three Something in the water, is it me that's going under? I'm shaking Psychic kind of power, now's the time and now's the hour of making
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : saturnz barz (maë)
owls : 60

occupation : réinviter le vent, étudier sans but, assister le prof d'alchimie à morny
mappa mundi : un troglodyte au nevada
here since : 08/12/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 17:44

t'es parfaite ok
laisse-moi tresser tes cheveux
trop trop hâte de te lire <333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Ven 4 Jan - 22:42

@Davi Medeiros PTDDDDDDDDDR comment nous détester ? on est géniaux y'all can't deny the FACTSSSSSS
jvais verser une larme ouin merci ptit coeur

@Hiro Kagari fenjifefe ah je suis contente c'est exactement ce que je voulais qu'on ressente en lisant la fiche : de la peine mais l'envie de pas y perdre les bras fe,jrgrez merci jtm

@Izar Fischer !!! je !!! ne !!! te !!! mérite !!! pas !!!
ça me fait trop plaisir je t_t
merci petit chat
jtm fort

@Nivi Forsythe fhzejiffe mais t'es adorable merci ouin
tu peux essayer de lui tresser les cheveux
après je promets pas qu'elle va rentrer les crocs

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
avatar
id : m.
owls : 69

here since : 28/10/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Sam 5 Jan - 16:00

MAMAMIA JOTEM BCP TROP LÀ
J'AI MÊME PAS QUOI DIRE TELLEMENT J'AI UN MASSIF CRUSH SUR NAWAL
rebienvenue,
hâte d'en lire plus

_________________

英雄会い知る

Forests have secrets, practically what they’re for. To hide things. To separate one world from another.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Dim 6 Jan - 1:40

@Rumi Di Mercurio mAIS T'ES TROP MIMI
JTM ENCORE PLUS
j'ai un massif crush sur rumi donc ON EST QUITTES
vraiment merci ouin
gros coeur sur toi

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
avatar
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 508

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Lun 7 Jan - 11:58

bcp trop belle j'approuve x101052 once again tu me shines avec ton talent d'écriture jpp

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : DD
owls : 83

occupation : Magizoologiste / Dresseurs de FB
mappa mundi : Quelque part de feuillu et dangereux probs
here since : 24/10/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Lun 7 Jan - 13:09

Vxkgbgjf va falloir qu'on discute (encore plus que prévu mdr)

Nawal est si perf dans sa douleur / tristesse et pourtant badass : ouin

Je viens de me réveiller donc éloquence 0 mais je reviendrai te harceler, compte sur moi xjfjf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Lun 7 Jan - 23:29

@Hadrian Graves t'es bcp trop pipou je chiale merci

@Azariah Vane dezhjvene mais ??? ça me fait trop plaisir ce que tu dis je suis trop touchée je vais vraiment finir par chialer à cause de vous
bien sûr qu'on se trouvera un lien avec nawal !!
et tout le monde en fait
je te garde vla des places
dès que j'en ai fini avec cette fiche we gonna tALK BUSINESS
jtm

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : DD
owls : 83

occupation : Magizoologiste / Dresseurs de FB
mappa mundi : Quelque part de feuillu et dangereux probs
here since : 24/10/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Mer 9 Jan - 15:11

Mawww t'es trop sweet
Az va venir mourir dans ses montagnes/ là où elle vit en ermite parce qu'il aura mangé un champi chelou sur le bord d'une route tkt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Mer 9 Jan - 20:41

@Azariah Vane c'est toi la plus sweet wesh
hzrufbfe je suis mort elle s'occupera de ses dumb ass tqt
keur

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
annoying step-brother
avatar
id : moe, l'unstaffiable
owls : 215

occupation : newly promoted to captain of obliviation
here since : 31/10/2018

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Mar 15 Jan - 23:31

well done, nawal
Félicitations Nawal, tu passes aujourd'hui l'étape de la validation. Le reste de ton aventure est sur le point de commencer, mais avant cela, un petit elfe voulait te laisser un message :
je démissionne. t'es sérieuse là elif, avec ton perso de tarée ? je viens de lire l'histoire et ouin, je savais ce qui allait arriver mais j'étais shook quand même. c'est tellement bien écrit, on est dedans jusqu'au bout et à bout de souffle et aaaaaah je t'aime fort, j'aime trop nawal, et je veux trop qu'elle soit heureuse, ma pauvre bibou !!!! alors t'as intérêt à pas trop la faire souffrir, merci, bye
Afin de continuer ton voyage dans les meilleures conditions, il te faudra passer à la seconde étape de validation, l'impression de ton permis baguette. Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans le coin de gestion de ton personnage et de suivre le modèle mis en place ! En attendant de décrocher ton permis, tu pourras notamment créer des liens avec les autres membres de la communauté. Tu pourras également poster un scénario ou des pré-liens dans les parties adéquates, ou décider de commencer à RP. Pour le reste, tu n'as plus qu'à explorer. Le monde est entre tes mains, c'est à toi de le modeler à ta façon, de te l'approprier et de l'enrichir, de le colorer de tes propres mots, de tes propres idées. N'hésites tout de même pas à passer dans le flood pour te détendre entre temps, ce que tu pouvais faire, de toute façon, avant ta validation.

Nous sommes ravis que tu rejoignes les rangs de THVNDER, et espérons que ton séjour parmi nous soit des plus agréables. Fais attention au dragon qui dort, sur ta route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
avatar
id : THESTRAL / ELIF
owls : 47

occupation : HERBORISTE ET POTIONNISTE
mappa mundi : SA BOUTIQUE (THE HOLLOW) OU SA PETITE CHAUMIÈRE DANS LES MONTAGNES DE MONT GREYLOCK, ISOLÉE ET SEULE
here since : 03/01/2019

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   Mer 16 Jan - 20:08

euh eske je mérite ? ARCHI PAS
vraiment je suis trop trop contente que nawal plaise
ça me fait trop plaisir
c'est vraiment mon petit trésor
(par contre je promets rien pour ce qui est de ne pas la faire souffrir ...)
jtm de tout mon kokoro love

_________________

--- my firefly
what could I have said to raise you from the dead?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: l'enfance est un couteau planté dans la gorge   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'enfance est un couteau planté dans la gorge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» planté dans le desert
» Sensation cheveux dans la gorge
» Le Panthéon du Crime; éditions Walter Beckers
» Petit doute sur la position du segment
» Planté dans le desert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h v n d e r :: ● fit the box, fit the mold ● :: the sorting ceremony :: welcome home-
Sauter vers: