Revenir en haut Aller en bas


Partagez | 
 

 SOLEIL D'HIVER - THEA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lose your soul
Hévère Scintal
id : lou
owls : 36

occupation : murmure sous les ailes des dragons
mappa mundi : entre les chemins escarpés et les routes longilignes
here since : 23/12/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: SOLEIL D'HIVER - THEA   Mer 26 Déc - 9:41

les reliques sont immobiles
et les grandes salles se figent
pour laisser à hévère
l'impression que rien ne s'effacera
que les rayons de son soleil
seront toujours aussi ardents
que ses effluves seront toujours aussi subtiles
chaque fois ses doigts se perdent entre les linges,
entre les peaux de la belle qui habitait ses jours.
au delà des carreaux la vie afflige
d'un poids pensant
les autres qui encore se pensent épargnés.

le salon est trop grand,
trop vaste pour lui et sa colère.
quoi-qu'elle s'étend
chaque heure elle enfle.
les photos dansent,
magie stupides,
les cadres volent
et cette fois ils s'animent
guidés par la rage.

le pèlerinage est inutile. inconsolable, il remue les aiguilles dans le fond des ses plaies. les milles dents d'acier, qui, une nuit ont broyé autre chose que lui. elle ne reviendra pas. pas même en odeur. car esmée a su se cacher loin de l'ire de la grande bête.
fureur habite au fond de sa gorge. elle mue en milles couleurs. douleurs des anéantis. sourd de tous les remèdes. comme aspiré par les prophéties pré-écrites, la sienne s'est accompli sous des éclats argentés.

si l'on rentre,
on le verra pleurer.
si l'on rentre,
on verra ses paumes
pleurer, elle aussi,
de leurs larmes écarlate.
on verra des cadres
éventrés sur le parquet.

et le soleil se couche,
alors esmée n'est plus là.

alors hévère verrouille le tombeau,
descend les marches quatre par quatre
pour fuir au dehors,
pour chasser pandore et sa prison cubique.
il aura juré sur chaque marche
que plus jamais
il ne viendra chauffer sa peau sous ses rayons,
car à chaque fois il se brûle
et ses yeux gardent trop longtemps
ces rougeurs mélancoliques.

nous étions au fin fond de la nuit
et pourtant, encore pour hévère, le soleil se lève.

comme un spectre,
une apparition,
il revoit ces cheveux de blés,
ses rayons obscures
qui raniment les tourments,
qui habitent ses souvenirs.
il se croirait presque fou.
comme une deuxième malédiction
elle le suit,
mais sa mine
creusée par l'eau salé
se détourne
et ses mains carmines
laissent tomber
les larmes pourprées de son chagrin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lose your soul
Thea Grimsditch
id : bloody marie (marie).
owls : 173

occupation : peintre.
here since : 26/09/2018

nightcalls
in your pockets:
relations:

MessageSujet: Re: SOLEIL D'HIVER - THEA   Jeu 3 Jan - 17:51

hévère & thea.
air frais. monde vivant. le bruit qui brise le silence. brouhaha incessant qui prend les oreilles. qui ne laisse pas les tympans indifférents. conversations qui se noient dans le bruit, incapable de comprendre quoi que ce soit. totalement le contraire de la maison. morte et silencieuse. on en entendrait les fantômes s’il y en avait. déprimante. pas faite pour une princesse de vingt ans qui ne demande que de visiter le monde. fuir loin des quatre murs qui t’ont bercé toute ta vie. même quatre mur. si prévisible et ennuyeux. routine bien calée, bien pensée. routine tellement habituelle qu’on en oublierai de penser. gestes mécaniques qui se confondent, qui se perdent. pas de pensées invasives. gain de temps au final. surprises devenues lointaines chez les grimsditch.
liberté aussi devenue lointaine. princesse coincée dans haute tour d’ivoire. poupée de cire protégée par le paternel devenu un peu trop paranoïaque. trop peureux de voir la princesse partir, s’enfuir, se blesser. t’en rit intérieurement. princesse oui, mais princesse qui sait se défendre. princesse qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. princesse indépendante qui ne se laisse pas faire. parce que princesse ne rime pas avec faible. princesse forte. princesse moderne on pourrait presque dire.
liberté enfin retrouvé lorsque tu te balades au milieu des passants. bruits de conversations que tu détestes tant ne parviennent pas à t’énerver maintenant, après tout ce temps passer dans ta tour d’ivoire, invisible aux yeux du monde extérieur.
visage figé, yeux glaciaux. le regard qui embrasse les vitrines d’un air ennuyé, désintéressé. regard peut-être génétique, capacité propre au grimsditch. don ou malédiction, qui sait. visage pâle. hautain. royal – famille royale aux yeux du monde. tu scrutes les visages, les vitrines. toujours à l’aguet. visages que tu n’oublie pas d’ailleurs. excellente mémoire. d’ailleurs. il y en a un. un peu plus vieux que le tiens. un peu tourmenté peut-être. il te regarde, te scrutes aussi avant de détourner le regard. tu le connais ce visage. familier. tu le vois à chaque fois que tu sors. toujours la même réaction. il te regarde. il détourne le regard et s’en va.
princesse qui en a marre de ça. t’es pas dans les vitrines, on ne scrute pas une grimsditch comme ça. décision peut-être folle, mais tu suis ses pas. à distance et doucement. peut-être est-ce un fou, qui sait. un harceleur peut-être. princesse curieuse qui n’aime pas être dans le noir. trop curieuse pour ton propre bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
SOLEIL D'HIVER - THEA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soleil d'Hiver [poème]
» Coucher de soleil d hiver
» Vagues dans le vent et le soleil d'hiver
» la chandeleur
» Lever ou coucher de soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h v n d e r :: 
wizarding america
 :: new york city
-
Sauter vers: