Revenir en haut Aller en bas


Partagez | 
 

 WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 8 Oct - 17:35

9 septembre, dix-huit heures, parc de minuit.

Quand il marche la tête haute c’est comme si rien ne pouvait le défier. Nouvelle année, dernière année, têtes à couper, corps à écraser. Hadrian a le pas rapide quand il fait les cents pas, debout sur une longue table qui sert, dans d’autres occasions, pour les pique-niques. La petite cour est rassemblée sous ses pieds, regards fascinés ou haineux, les têtes tournées vers le ciel, il se prend déjà pour leur dieu. L’année vient juste de commencer mais Hadrian prend son rôle à cœur, dans sa main une baguette, dans sa paume libre une boule de feu qu’il fait flotter distraitement. Roi-enfant, déjà dans la cour des grands. « Bonsoir à tous. » C’est l’aube de la première semaine, sur ses cheveux blonds la déclinaison du soleil. Le couvre-feu ne tardera pas, mais il sait qu’il a tous les droits. Et il est président du club, il faut bien qu’il recrute, n’est-ce pas ? « Si vous êtes ici, c’est pour avoir l’honneur de vous battre. En tant que président du club de duel, je serai intransigeant. Les plus faibles ne seront pas acceptés, les sans pitié resteront. Ce n’est pas parce que vous étiez dans le club l’année dernière que vous avez une place attitrée. J’espère que c’est clair. Vous êtes ici pour vous battre, et pour gagner. Pas pour plier l’échine. Sauf devant moi, évidement. » Sourire cruel pour un garçon si jeune, il baisse ses yeux brûlants vers un deuxième année au regard fuyant. Avant de continuer, fixant la foule, yeux dans les yeux, à tour de rôle. « Le test d’admission est simple. Vous allez, chacun son tour, m’affronter en duel. Si vous réussissez à gagner, félicitations, vous aurez gagné votre place. Sinon, vous pouvez toujours essayer le cheerleading du Quodpot. » Quelques ricanements, discrets, de la part de ses amis qu’il considère plutôt comme des fidèles. Il cherche sans le reconnaître les boucles blondes du fils Grimsditch, sans les voir. Tant mieux. Il n’a donc pas de réelle menace. La boule de feu qui vole entre ses doigts grossit et se dirige à toute vitesse sur un cinquième année au regard distrait et aux cheveux coiffés en pics. Il  ne réussit pas à l’éviter et retentit dans le parc un cri de douleur. « Je pense que tu peux déjà abandonner le combat, Fatch. Passons aux choses sérieuses. » Il tape dans ses mains et les frotte l’une contre l’autre, manie acquise avant de commencer le combat. « Qui veut être le premier ? »  Quelques secondes de silence, assourdissant, lourd. Hésitant. Puis une main qui se lève, un peu tremblante. Un septième année à la carrure d’adulte, cheveux noirs de jais et regard dur. « Correy. Je n’en attendais pas moins de toi. Monte, monte. » Le candidat reçoit des tapes dans le dos et des encouragements, et Hadrian sourit, sereinement, comme s’il rêvait éveillé. Baguettes droites et regards brûlants, il se fixent, l’un à l’autre bout de la table. « Je rappelle les règles. Pas de sorts interdits, ni fatals, même si je sais que tu en rêves, Correy. Pour le reste, tout est permis. On salue toujours l’adversaire avant le duel. » Hadrian se plie, révérence mécanique, il connaît tout par cœur. La voix grave de son adversaire est légèrement moqueuse. « C’est la dernière fois que j’me prosterne devant toi Graves. » Et la voix d’une petite rousse assise sur un des bancs de la table brise le silence qu’Hadrian lui a accordé.  « A vos marques. Un. Deux. Trois ! » La baguette d’Hadrian se lève, rapide et silencieuse, il ne prononce pas un mot alors que des flammes en jaillissent. Puissantes, elles entourent le corps massif du Wampus avec grâce, il les chasse d’un coup de baguette. Hadrian se retrouve projeté en arrière par un sort, qu’il contrecarre, repose les pieds sur la table, et contre-attaque. Un Expelliarmus fait voler sa baguette, mais il n’en a pas besoin, magie qui jaillit de ses mains, comme un coup dans le ventre de l’autre élève, secousse violente qui le fait voler dans les airs un instant avant de retomber sur la table dans un craquement sinistre. Il ne bouge plus, et geint, Hadrian s’avance, le regard fier et le sourire narquois, pose son pied sur le ventre du perdant. « La prochaine fois, tu feras moins le malin. » Puis se tourne vers la foule. « Bon. Si vous êtes tous mous comme ce gros lard, on ira pas loin. À qui le tour ? »


(vous êtes invités à participer à la suite, une fois que bry sera intervenue )

_________________





Dernière édition par Hadrian Graves le Mer 10 Oct - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Brygida Strugatsky
id : DD
owls : 497

occupation : 7eme année, ThunderBird, Cursus défense et Club de Duel. Occasionnellement au club de Débat
here since : 27/09/2018

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 8 Oct - 20:34


WHO IS IN CONTROL

- - - - - - - - - - -

Ilvermorny: Outdoors

@Hadrian Graves et le Club de Duel



Un duel sous le soleil couchant, voilà la scène que le jeune Graves leur offre, sa tête blonde auréolée des derniers rayons incendiaires.
Après six ans à le côtoyer – six années de trop, elle est habituée à sa théâtralité ce qui ne l'empêche pas de lever les yeux au ciel à l'entente de son discours.
A l'ombre des arbres qui bordent l'air de pique-nique, elle observe la foule qui sert aujourd'hui de cour à l'héritier.
Des silhouettes frêles de premières et secondes années, fascinés et inquiets, le malaise de jeunes troisièmes et l'excitation mêlée d'appréhension des plus vieux.

Depuis qu'il en a pris la tête, si jeune, le Club de Duel est devenu un véritable lieu de spectacle, de démonstration de talent et de puissance où s'affrontent principalement les descendants de grandes lignées et où surgit, parfois, un talent inattendu dans la masse des élèves insignifiants d'Ilvermorny.
Brygida balaye les visages du regard, laisse une moue de mépris se dessiner sur ses lèvres devant l'admiration de certains, à la recherche d'une de ces révélations.
Elle reconnaît quelques duellistes non négligeable et prend note, avec une certaine déception, de l'absence du Grimsditch, les voir s'affronter est toujours un plaisir, peu importe qui finit défait, la mâchoire serrée à s'en briser les os.

En fond sonore, Graves continue sa tirade, qu'elle n'écoute toujours pas, les yeux suivant la boule de feu, élément dangereux et inconsistant qu'il favorise, frapper de plein fouet un élève.
Elle pourrait presque compatir, si elle n'en avait pas rien à faire. Elle a déjà été à sa place – de manière bien moins risible, qui se permet d'être si distrait à découvert ?, et, si la morsure des flammes reste un souvenir désagréable, il n'a jamais suffit à éteindre l'envie d'effacer le sourire arrogant du visage de premier de la classe du président.

Elle a laissé le premier duel lui échapper. Tant pis, elle n'est pas pressée.
Ses propres statistiques en duels sont plus qu’impressionnantes mais Hadrian reste un adversaire complexe, et le résultat, aléatoire.
Le simulacre de duel, qui n'en mérite pas le nom, se termine et voit le Graves parader, enorgueillit de sa victoire aisée.
Si les duels scolaires limitent son choix de maléfices, Strugatsky ou non, elle ne s'amuse guère à user aussi ouvertment de magie noire sur la propriété, et que son don principal reste les runes, il est néanmoins temps de faire résonner son nom et d'instiller le respect et la crainte qui lui sont dus dans les esprits ne la connaissant pas encore.

Hadrian est peut-être un jeune prince, sans cour et sans couronne, mais elle est une reine qui siège déjà aux côtés d'un roi.
Elle sort des ombres, si familières, qui la dissimulent, la baguette déjà au bout des doigts.
Brygida traverse l'amas d'élèves qui s'écartent sur son passage, avant de s'arrêter face à la table et aux yeux froids du président.

Ses lèvres esquissent un sourire amusé, nonchalante dans la dérision :

« Si vous voulez bien me faire cet honneur, Monsieur le Président. »

Elle n'attend pas de réponse, déjà montée gracieusement sur la table, l'échine ensuite courbée dans une salutation à la limite entre respect et dédain, prestement exécutée.

La baguette levée, elle attend, le calme froid et méprisant des Strugatsky incarné.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 8 Oct - 20:50

Le pas lent sur la table, Hadrian observe, scrute, à la manière d’un lion chassant sa proie. Ses yeux fauchent dévisagent les têtes, parfois connues, parfois nouvelles, qui se dressent vers lui. « Quoi, je vous fais peur? Allez, montez. Il me faut bien des membres de toute façon, j’en laisserai gagner un ou deux... » Il voit un première année les larmes aux yeux et est à deux doigts de lui ordonner de l’affronter quand une silhouette se dessine au milieu de l’amas d’élèves. Sombre, frêle mais forte comme le bateau dans la tempête, il connaît déjà celle qui monte sur la table sans attendre d’invitation. « Strugatsky. » Son ton est froid, mais vibrant, comme toujours quand ils s’affrontent. Si les duels avec Grimsditch sont teintés de rancoeur et de haine, ceux avec Strugatsky ont une flamme qu’il n’expliquera jamais et un indéniable respect. En tout cas, lui la respecte. Il pense que de l’autre côté, c’est plutôt du mépris. Ce qui ne l’empêche pas d’être railleur, son habituel air hautain peint sur le visage. Il a ça dans le sang. « Tente de ne pas perdre trop vite, ces gens sont là pour voir un spectacle. » Et il finit par s’incliner, doucement. Le compte à rebours commence et sa baguette vibre presque dans ses mains comme si elle était impatiente de commencer. Et ils jettent leur sort au même moment, Hadrian qui se prend une claque de plein fouet et trébuche, avant de contre-attaquer directement, faisant tomber l’héritière en arrière. « C’est tout ce que t’as? »

_________________





Dernière édition par Hadrian Graves le Mer 10 Oct - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Brygida Strugatsky
id : DD
owls : 497

occupation : 7eme année, ThunderBird, Cursus défense et Club de Duel. Occasionnellement au club de Débat
here since : 27/09/2018

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 8 Oct - 21:45


WHO IS IN CONTROL

- - - - - - - - - - -

Ilvermorny: Outdoors

@Hadrian Graves et le Club de Duel




Elle ne le dira probablement jamais, même une baguette magique sous le menton, mais elle aime la façon dont le Graves prononce leur nom.
Le froid de ses mots n'est pas remarquable, une constante, pour lui comme pour elle, élevés dans l'écho des attentes répétées depuis leurs aînés, mais il y a un sous ton dans ses trois syllabes ; une puissance, presque une émotion si elle le croyait capable d'une telle chose.

Si elle n'était pas aussi concentrée, déjà plongée dans l'affrontement qui s'annonce, elle aurait pris le temps de lever ostensiblement les yeux au ciel face à la boutade envoyée.
Elle même, bien loin d'être un symbole d'humilité, sait que son arrogance sera sa perte. A croire que Septimus n'a pas aussi bien fait le travail qu'Anya, dédiée à lui faire goûter la défaite, à moins qu'il ne soit juste pas aussi bon, ou aussi dévoué à la cause.
Qu'elle le veuille voulu ou non, la leçon lui a été inculquée, l'orgueil a son temps et son utilité, et ici, il la servira contre son adversaire.

Le voir s'incliner, comme au ralenti, comme si tout son être se refuse à une telle bassesse, lui arrache presque un rictus mais le compte a rebours a commencé, scellant le moment.

Leurs sorts se croisent sans se rencontrer, lancés sans un mot et trouvant aisément leur cible, la contre-attaque ne se faisant pas attendre, l'envoyant sans surprise à terre.

A croire que personne ne peut nous atteindre, l'attention et la méfiance disparaissent pour la complaisance, avant la chute.

Brygida ne joue pas avec le feu, contrairement au Graves qui se laisse consumer par les flammes et la victoire. Son domaine, ce sont les ombres, tapies dans un coin, qui attendent le moment opportun avant d'engloutir toute lumière et de ne laisser que l'obscurité derrière elle.
Elle ne cherche jamais à désarmer Hadrian, c'est inutile, sa magie sans baguette plus puissante qu'avec, elle vise directement la jugulaire, le forfait.

C'est pourquoi, dans sa chute délibérée, d'un mouvement de poignet silencieux, elle lance la véritable offensive.
L'ombre du président prend vie, s'attaquant à son propriétaire qu'elle ne reconnaît plus. Une main ombrée se saisit de sa propre gorge, l'enserrant de sa poigne spectrale, tandis que l'autre retourne sa baguette contre elle-même, s'assénant son propre sortilège et finissant à genoux.

Brygida s'accorde un gloussement, puéril mais si satisfaisant, avant de se relever et de regarder le président se débattre avec lui-même, prête à asséner une parade en cas d'attaque.

« Je fais durer le spectacle, alors ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 8 Oct - 22:02

C’est contre les valeurs familiales de se reposer sur ses lauriers, mais c’est aussi dans sa nature d’être tout sauf humble. Hadrian vit de fierté et de rêves de grandeur, car il n’a rien d’autre, hérésie des sentiments, atrophie du cœur. Il en reste quelques fragments, qui ont du mal à s’allumer même pour sa propre famille. Émotions surnaturelles qui provoquent chaque fois catastrophes et dégâts, qu’il enfouit trop profond avant qu’elles n’explosent. Aujourd’hui les émotions ne sont rien et seule la bataille compte, le spectacle dont il ne laissera pas le rideau tomber maintenant. Son souffle se coupe lorsque l’ombre se referme sur sa gorge, étrangement fantôme et l’air qui lui manque petit à petit. Ses yeux cependant ne cessent de lancer des éclairs. Il sait de quoi est capable son adversaire, dangereuse, les règles volant au dessus d’une tête qui invente les siennes: si Hadrian refuse de tuer ou de blesser, sens aigu de la justice et des règles, il n’est pas sûr de la réciproque. Et sa baguette reste prisionnière mais sa main libre est tout aussi douée, gorge oppressée incapable de prononcer les mots mais criant dans ses pensées. Magie silencieuse et l’ombre se dissipe, se transforme en brouillard épais qui les enveloppe tous les deux ainsi que leur public. Quand Hadrian parle c’est un murmure, sa voix devenue rauque à cause du sort de ses cordes vocales. Impossible de voir devant soi dans la fumée opaque. « Pas mal, Strugatsky. Un peu facile mais pas mal. » Il ne veut pas se cacher, l’espace est trop réduit. Sa baguette qui se lève et il entend comme une lame qui couperait la peau vivement. Il contrôle ses sorts, elle n’aura pas tant mal que ça, n’en gardera qu’une simple égratignure. C’est un spectacle qu’il veut. C’est pour ça que le brouillard se dissipe d’un claquement de ses doigts, qui se font vifs et précis alors qu’il projette l’autre élève dans les airs, comme figée sous un poids immense. Il connaît ce sort, l’a déjà subi, l’oppression de la poitrine, le corps flottant au dessus des têtes, comme être confiné dans un espace étroit sans pouvoir respirer. Étouffement. « Tu oublies que moi aussi, je peux jouer au maître des ombres. »

_________________





Dernière édition par Hadrian Graves le Mer 10 Oct - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Brygida Strugatsky
id : DD
owls : 497

occupation : 7eme année, ThunderBird, Cursus défense et Club de Duel. Occasionnellement au club de Débat
here since : 27/09/2018

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Mar 9 Oct - 18:13


WHO IS IN CONTROL

- - - - - - - - - - -

Ilvermorny: Outdoors

@Hadrian Graves et le Club de Duel




Une exclamation scandalisée lui parvient de la foule amassée pour le spectacle. La naïveté de ses camarades ne manque jamais de l'impressionner.
A quoi s'attendent-ils ? Que lors d'un véritable duel, le sorcier opposé allait attaquer par un vicieux Folloreille ? Avant d'être vaincu par un épique Rictumsempra de leur part ?

Pis encore, sont-ils sincèrement inquiet pour la vie du Graves ? Elle n'est pas assez stupide pour blesser Hadrian lors d'un duel scolaire.
Pas aux yeux de tous en tous cas. Au détour d'une ruelle de Salem, s'il continue son petit jeu avec sa sœur par contre...

Sans surprise, il préfère lutter et s'étouffer plutôt que de déclarer forfait, l'obstiné. Qu'il parvienne à se débarrasser de l'ombre ne l'étonne guère, elle connaît la valeur et le talent de l'héritier, et le respecte, si ce n'est qu'en tant que duelliste.

Le brouillard les envahit alors qu'il l'accuse de céder à la facilité, comme si diminuer et maîtriser l'agressivité des ombres était une sinécure, elles, habituées à engloutir les êtres et à briser les os.
Mais soit, elle veut bien faire un effort. L'idée nécessite un certain timing mais l'amuse, c'est une démonstration de malédiction qu'elle apprécie.

Elle baisse sa garde qu'elle tenait levée, sachant pertinemment qu'elle lui offre une attaque gratuite, et, dans l'opacité du brouillard, use d'un sortilèges de chaînes magiques, les ligaments s'échappant de sa baguette et se tortillant sur le sol, attendant la suite, tandis qu'elle use d'un sort de dissimulation pour les cacher des yeux de tous.

La lacération lui arrache une grimace, son sang chaud coulant légèrement le long de son bras. Le sort est volontairement mineur mais l'insulte n'en est que plus grande.

Le brouillard se dissipe d'un claquement de doigts théâtral et elle se sent projetée dans les airs, oppressée par un poids invisible rendant sa respiration difficile.
Un maître des ombres, hein ?
Elle n'a pas le toucher délicat de sa jeune sœur pour délier les sortilèges avec minutie, sa magie est à son image, concrète et abrasive.
Aussi, au moment opportun, pendant qu'elle subit la pression accrue, les liens aux pieds d'Hadrian, venu admirer son œuvre, prennent vie et l'enlacent tandis que sa prison de fortune vole en éclats invisibles sous une pluie d'étincelles magiques.
A peine le temps d'amortir sa chute et d'exécuter une roulade athlétique de réception que, le souffle court, le torse endolori et les poumons en feux, elle assène la malédiction.

« Geminio »

Les chaînes, imperturbables dans leur ascension, se multiplient à une vitesse effrénée, chacune se démultipliant de nouveau à chaque contact de la peau du Graves, l'enlisant et l’ensevelissant, se resserrant toujours davantage sous leur poids grandissant.

Que sait-il des ombres, l'héritier vertueux ? Imagine-t-il la brûlure qu'ils assènent habituellement avec ces sorts ? Chaque lien devenu incandescent par le sortilège de Flagrance, la chair qui crépite sous les hurlements rendus silencieux.

La baguette pointée sur son visage à peine visible, prince qui croule sous le poids de ses chaînes, quelle ironie, elle assène, alors que l'idée ridicule de lancer un Folloreille lui traverse l'esprit :

« Forfait ou une dernière volonté ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Mer 24 Oct - 9:59

Il la connait bien, la fille des ombres. Pas amis, méfiance et respect, défiance et regards appuyés. C’est sûrement la seule fille qu’il accepterait de laisser gagner. Mais son combat présent n’a rien d’une bataille inégale : il se sent jouir d’une victoire certaine, puis pliée, rattrapé par le propre poids des lauriers au dessus de sa tête. Toute sa famille le prévient depuis toujours, pourtant : un combat n’est jamais gagné. Même quand l’adversaire est à terre, même en cas de mort, il faut continuer. C’est pour ça qu’il s’écorche les mains et les genoux, Hadrian, pour ça qu’il s’entraîne jour et nuit : pour être le meilleur. En duel, il ne faut pas sous-estimer un adversaire, aussi insignifiant soit-il. Et Brygida n’a rien d’insignifiant. Les chaînes s’enlisent autour de ses poignets, de ses jambes, sur son corps entier qui sous les vêtements chers ruissellent déjà de cicatrices, et il brûle. On lui a toujours appris à ne pas montrer la douleur, à dissimuler peines et tracas, même au combat. Le grognement qu’il laisse échapper équivaudrait à un cri hurlant pour beaucoup d’autres. Et il plie, et il ploie. Vaincu celui qui se croyait roi. Quelques secondes à se penser battu, avant d’arriver à saisir sa baguette, chaînes qui tordent le poignet comme pour protester. En un sort murmuré, elles disparaissent,  tombent sous forme de grains de sables sur le sol, dégoulinant de la table. Hadrian se relève, se masse les poignets. Torse à la respiration frénétique, une grande inspiration. Un salut respectueux. Une humiliation qu’il tente, comme à chaque fois, de tourner en sa faveur. « Bien, bien, bien. Comme d’habitude, tu ne m’as pas déçu, Strugatsky. » Quand il lui tend la main, et que les deux se serrent, il broie ses phalanges, mais reste souriant. « Tu as bien mérité ta place. » Serpent aux yeux de feu, Hadrian n’oubliera pas. il se tourne vers le public devenu silencieux, soigne d’un coup de baguette une brûlure s’étalant sur son bras. « Vous avez pu voir ce qu’était un vrai duel. Au cours de l’année, mon rôle est également de veiller à ce que vous atteigniez ce niveau, si ce n’est mieux. A qui le tour maintenant ? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lil bro
Davi Medeiros
id : banjee kween ¦ alex.
owls : 371

here since : 27/03/2018

nightcalls
in your pockets: gums.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Mar 30 Oct - 0:27

Flay n'avait aucune idée de ce qu'il faisait ici. Quelque chose en lui le poussait à faire ces quelques pas —des kilomètres, vraiment, hors de sa zone de confort. Hors de cette bulle dans laquelle il s'était enfermé à la mort de son frère. Hors de ce cercle de sel qu'il avait tracé autour de lui pour se protéger du monde extérieur. Pour se protéger des regards enquêteurs et inquisiteurs et impériaux, de ceux qui essayaient de voir au delà de sa peau, de ceux qui essaient de creuser sa chair pour en retirer les morceaux gâtés et les exposer à la lueur du jour. Tout ce qui résidait en lui appartenait à la nuit, alors il avait, pendant toutes ces années, redoublé d'efforts pour qu'elles y restent. Pour que ses secrets, autant que les barbaries qui pesaient sur son nom, n'eût connu que l'ombre vespérale et éternelle. Aujourd'hui, ses barrières s'écroulaient. Il poussait chacune des pierres qui fortifiaient les murs qu'il s'était construits. Il s'avançait tête un peu lourde de pensées conflictuelles vers la longue table de pique-nique où s'étaient alors rassemblés tout un tas d'autres jeunes, le regard fixé sur le président du club de duels. Hadrian Graves. Il le connaissait bien, leur famille partageant la même forêt, ils avaient tous les deux fleuris ensemble dans ces bois en quelque sorte, avant d'être coupés et emportés par le vent dans des directions diamétralement opposées. Là, entouré de la lumière mourante du soleil, il paraissait comme un envoyé divin, un messie obnubilant la foule. Archange dangereux serrant à la main son arme de prédilection. Il vit que tous les autres étaient également prêts pour le combat, baguette contre paume, alors que le spectacle n'avait pas encore commencé. Il chercha dans sa poche gauche, bien trop large, sa propre alliée, dont le bois vibrait d'impatience.

Flay n'était pas du genre à s'investir dans les clubs, encore moins celui de duels. Mais cette année était la dernière et il ne voulait pas la gâcher à regarder le monde tourner sans lui. Il voulait prendre part à la rotation. Ce n'était pas un regain de motivation qui l'animait alors, mais plutôt un instinct de survie, lui déclarant qu'il ne pouvait pas se laisser manger par la morosité et l'ennui qui l'engourdissaient de leurs poisons. Alors il s'était dit que cela valait la peine d'être tenté, qu'il n'avait rien à y perdre, de toute façon. Il était là, en retrait du groupe — il avançait à son propre rythme et peinait encore à s'intégrer, observant ce qui était alors le début d'un acte très cérémonial. Les mentons étaient grands levés, les révérences trop formelles. Lui était dénué de toutes ces manières en bon fils de la précarité grondante. Il n'avait jamais appris à avoir l'air si fier et si beau. Il ne savait même pas si c'était acquis ou inné. Si Hadrian ou Brygida, la première de ses rivales à lui avoir tenu tête véritablement, n'étaient pas nés avec cet air princier. Leur duel était digne de leur statut et de leur réputation. Flay n'avait lui-même jamais réellement vu pareille magie chez de si jeunes gens.

Quand Hadrian, à peine essoufflé des duels qu'il enchaînait, demanda qui souhaitait passer après le talent froid et acéré de Strugatsky, Flay pensa un instant faire demi-tour, se replier, se recroqueviller dans son cocon. Mais il leva la main à l'inverse. Je veux bien essayer. L'assurance douteuse. Mais il s'avança, tête un peu baissée pour éviter les regards braqués sur lui. Il s'installait en face de Graves, lui prêtant, entre deux coups d’œil incertains, un petit rictus témoignant de sa timidité. Sa baguette tourna trois fois contre sa paume et il tenta alors d'imiter — sans grande réussite, la prestance de leur salut pré-combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Brygida Strugatsky
id : DD
owls : 497

occupation : 7eme année, ThunderBird, Cursus défense et Club de Duel. Occasionnellement au club de Débat
here since : 27/09/2018

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Ven 2 Nov - 23:09


WHO IS IN CONTROL

- - - - - - - - - - -

Ilvermorny: Outdoors

@Hadrian Graves et le Club de Duel






Elle l'observe, à terre, ensevelis sous les liens, souffrir d'une version atténuée du sort réservé aux traîtres, à ceux qui déçoivent les attentes qui pèsent sur eux, la mâchoire serrée et la douleur presque muette.
Tristement, aucune stupeur ne lui vient. Ni à propos de ce que cette information dépeint comme tableau familial et quotidien pour le Graves, ni lorsqu'elle voit les chaînes être réduites en une fine pluie de sable ruisselante sur le granite sombre de la table.

Elle sait Hadrian excellent en sortilèges et en duel. Très certainement meilleur qu'elle. Si elle respectait les règles de bienséances scolaires, elle ne remporterait pas la victoire, ses attaques trop perfides pour l'honneur des sorciers respectables.
S'ils respectaient les règles de vie ou de mort, les règles naturelles d'un duel, voudrait-il conserver son code de conduite exemplaire ou la vie ?

Son adversaire se redresse et la salue, puisant probablement dans des réserves de comédie qu'il ne se connaît pas lui-même pour afficher une image de respect et de fair play, appuyé par des propos à la sincérité égale à son amour pour le Quodpot ; inexistant.

Le salut est rendu, avec un respect frôlant l'insolence, une courbette supplémentaire élégante et moqueuse.
Ses doigts se retrouvent broyés sous sa poigne, mesquinerie digne de la sienne, et si ses yeux se plissent un instant, plus que deux fentes à la lueur mauvaise, l'expression fugace laisse place à un sourire satisfait et un sourcil arqué en un questionnement amusé.

A défier aveuglement, ne faut-il pas un talent inébranlable ou s'attendre à perdre ?

« Que d'honneurs, monsieur le Président est trop bon. »

Le sarcasme s'écoule de ses lèvres avec aisance avant qu'elle ne se détourne pour faire disparaître les amas de sable et libérer la table pour le prochain duel.
Le port altier, elle descend du terrain de duel improvisé, ne prêtant plus attention aux dires du Graves, concentrée sur les hématomes à effacer de sa peau, maudissant sa frêle constitution.

Une voix qu'elle n'aurait pas soupçonné entendre ici s'élève alors, annonçant un septième année, jamais vu encore au club, comme l'adversaire suivant. Son visage lui est familier mais elle ne se souvient guère de sa maison, si ce n'est la certitude qu'il ne partage pas la sienne.

Le Witchblade s'avance, semblant nerveux, et salue Hadrian.
Elle allait peut-être remettre ses soins à plus tard, tentée par la joie d'imaginer une seconde défaite pour l'héritier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Lun 5 Nov - 10:21

Hadrian décèle le sarcasme, ne le relève pas, monnaie courante chez lui plus encore que chez les autres. Son sourire ne se fane pas quand le regard de prédateur roule sur l’assemblée d’élèves, intimidés de passer après, et il les comprend. Il ne plaisante pas avec ses combats, pense d’ailleurs que la seule mort qu’il aurait mérité sera de la main d’un de ses adversaires –mais plus tard, quand il affrontera un mage puissant, pas un de ces élèves insignifiants. Le silence se fait vaste et lourd, et il est à deux doigts de traîner un deuxième année par le col pour le hisser sur la table et se nourrir de sa peur. « Oh, what now ? Vous avez peur ? »
Et puis,
Une main se lève.
Timide, silencieuse, qui appartient à un être plus silencieux encore, Hadrian qui lève doucement les sourcils. « Witchblade. » Oh il le connaît, comme il connaît tout le monde, monstre d’intrigues et de murmures. Si les bruits de couloirs sur Hadrian sont ponctués de mépris et de frayeur, ceux sur Witchblade sont faits d’anciens démons et de noirceur. Il n’en a pas peur, évidement. L’invite d’un geste du doigt à approcher. « Viens, viens. » Il retient son flot de moqueries, doit avant tout rendre des comptes à son académie, recruter pour un club qu’il mène à la baguette –littéralement. À priori, personne ne devrait être laissé de côté, pas même les plus sombres d’entre eux. Il s’adresse à son public. « Vous voyez, si même Witchblade ose venir, vous devriez montrer un peu plus de courage. » Il murmure, plus pour lui-même. « Bande d’idiots. »
Son dos se courbe bien bas, salut à la prestance princière, la baguette ancrée entre les doigts fins et agiles, un sourire bordé à moitié sur les lèvres. Et le premier sort est furtif, rapide, mais plutôt gentil pour quelqu’un de sa trempe. Flay n’est pas Brygida, il ne connaît rien de ses habilités sorcières, se contente d’un simple sort de lianes noirâtres enserrant les chevilles et le faisant tomber, remontant sur les jambes. Il veut voir ce qu’il a dans le ventre.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Izar Fischer
owls : 473

here since : 03/10/2018

nightcalls
in your pockets: necklip + ocarinas (nocturne & diurne)
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Jeu 13 Déc - 18:55



Sous l'oeil, la foule qui se presse aux pieds du prince sans couronne.
Sous l'oeil, d'autres figures qui se dressent dans la houle.
Des résistants face au courant que le Graves s'amuse à semer.

Y a un soupir qui traverse la gorge face à tant de théâtralité, face au dramatique dont il imbibe le moment.
Y a une boule dans la gorge, un stress qui agite, quant à l'implication du moment : pour entrer dans le club, il faut battre Hadrian. Et on peut l'admirer ou ne pas l'aimer, on peut le craindre ou être désintéressé, personne ne peut nier qu'il est puissant. Un des meilleurs de l'école, sans laisser de doutes pour tempérer l'absolu de l'information.
Et il a beau être au club de duel depuis plusieurs années, il a beau être plutôt bon, Izar, y a l'anxiété qui grimpe ; y a l'anxiété qui susurre au creux de l'oreille qu'il est pas assez bon et qu'il gagnera pas.

Voir le premier adversaire se faire écraser n'aide pas.

Observer l'assurance calme de Brygida, l'aura acérée comme une lame d'ombre et de silence, beaucoup plus. Y a quelque chose de bizarrement familier dans ce qu'elle dégage ; y a quelque chose de fascinant et de beau dans leur combat, dans les obscurité projeté des vifs éclats des sorts, dans les lueurs qui peignent les ombres. Il oublie un peu les murmures et le brouhaha des multiples voix.
Et puis elle gagne. Mérité après l'affrontement haletant.

Y a un sourire, spectre discret, qui fleurit sur les lippes alors qu'il l'observe se retirer et Flay prendre sa place. Il n'est pas sans avoir noté que certains sorts frôlaient l'orée du respectable, ça l'émeut pas pourtant. Quand il est question de défendre et de vaincre, la limite ne se situe que là où on la place. Quand il est question de survie, y a pas de règle qui tienne. Le contexte est juste différent ici, quand il est question d'apprendre sous l'ombre attentive d'Ilvermorny. Ca a l'importance que chacun lui donne. Pour lui, c'est la nécessité de savoir se battre et se défendre, pour lui et surtout pour sa famille.
Il continue à observer les duels qui s'enchaînent, concentré sur le spectacle.

Un autre touche à sa fin.
Doucement, il se faufile dans la foule. A peine un frisson sur la surface de l'eau, il se glisse entre les élèves qui lui offre à peine un regard et l'ignorance. Jusqu'à ce qu'il se trouve près de Brygida, qui les aimantes, le coin de leurs yeux. Le silence des pas et des mouvements, juste assez proche pour murmurer « Jolie victoire. C'était un combat impressionnant. » Le sourire est dans l'éther de l'oeil, y a un regard plus parlant qui s'échange dans l'incompréhension étrangère.

Il s'attarde pas. Sur le devant de la scène, le duel finit, et il s'avance juste quand le Graves exige le prochain candidat, l'air pas même essoufflé.
Y a dans la poitrine le coeur qui bat un peu fort. Dans la main l'argent de la baguette étreinte par les doigts. Y a le malaise, surtout, la nervosité de sentir les attentions peser sur lui, mais il s'arrête pas. « Je crois que c'est mon tour. » La maladresse des mots forcés hors de la bouche se mêle à la douceur de la voix, contraste étrange d'assurances.
Tâcher d'ignorer les regards. Et il se place face au prince, Izar, la baguette prête et l'attention toute entière donnée pour réagir dès que le signal sera donné.


_________________
foule
fantôme
 ☼ ✰ ☾ It seems, it seems mighty treacherous A superstition leads me Maybe, maybe it's getting dangerous I'm counting symbols, one, two, three Something in the water, is it me that's going under? I'm shaking Psychic kind of power, now's the time and now's the hour of making


Dernière édition par Izar Fischer le Ven 15 Fév - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Ven 4 Jan - 15:01

Il y a quelque chose de sombre et de cérémonial dans la manière qu’Hadrian a de lever sa baguette pour lier et délier les sortilèges. Pas de grâce ni d’imagination, une rigueur qui impose la grandeur et le dos droit, un frisson qu’on réprimerait. Un gosse pourtant déjà se prenant pour un grand, les duels qui font vibrer un cœur rempli de glace. Facile à humilier, Witchblade, lui qui lui semblait pourtant prometteur, réputation déjà terne alors que la sienne semble rayonner (mais Hadrian n’est pas dupe sait que derrière les sourires se cachent les sifflements des serpents, lui aussi joue le jeu des faux semblants). Un soupir et des bras croisés quand il fait descendre l’adversaire de la table, lui envoyant même un sourire désolé –fausse compassion pour inciter la foule de curieux à tenter leur chance, ne jamais se montrer impitoyable quand on veut diriger, être pédagogue, laisser une faille. Son cerveau entier ressemble à un plan de bataille qui se transforme trop souvent en champ de bataille lui-même. « Promis le prochain je serai moins violent. C’est le moment les gars. » Il ne peut pas remplir son club s’il les bat tous à tour de bras.
La voix qui s’élève est timide, mélodique mais les yeux ne trompent pas. ils ont beau ne pas être du même sang, il sait parfaitement qui il est. « Fischer. » Le petit frère de celui qui partage sa chambre, parfois à son plus grand malheur. Il hausse un sourcil. « Cette soirée est décidément remplie de surprises. » il lui fait signe de monter, piédestal bancal qu’il accepte de partager uniquement ce soir. Un petit sourire condescendant qui anime le coin de sa bouche, quand il s’incline. « J’essaierai de ne pas te faire trop mal. » Le garçon est bien frêle pour se mesurer à lui. Mais Hadrian a appris à ne jamais sous estimer quiconque.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Izar Fischer
owls : 473

here since : 03/10/2018

nightcalls
in your pockets: necklip + ocarinas (nocturne & diurne)
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Sam 5 Jan - 3:59



Aux tempes, un tapage qu'il est le seul à percevoir. Au coeur, haut le coeur, qui cogne et qui bat fort les os de sa cage. Y a l'adrénaline qui grimpe dans les veines, la faute aux regards qui le rivent et à l'imminence du duel. Il est venu pour ça. Mais ça ne veut pas dire que c'est simple, de se battre seul sous les milles pupilles critiques d'Argus ; ça veut pas dire que c'est simple, de combattre le prince aux cheveux d'or.
Il est déterminé, pourtant, à garder la tête haute et l'oeil acéré. A prouver sa valeur dans le duel, même s'il ne le gagne pas - il se débrouille bien, Izar, il s'est entraîné tous les ans dans le club, mais Hadrian et Brygida règnent plus haut encore. Et dans l'inconscience de l'esprit, y a la volonté de se montrer digne du combat qu'elle a remporté.

« Graves. » Le nom retourné, l'arc que prend son sourcil pareillement rendu à la suite de son annonce ; quelques gouttes d'une ironie un peu désabusée envoyées. « Pas vraiment ? » Il s'en contente, nerveux naturellement, peu à l'aise aussi à le contredire ouvertement. C'est pas moins vrai, dans son cas - il s'est entraîné au club de duel depuis ses plus jeunes années à ilvermorny.

Il grimpe sur la scène, se hisse pour un moment sur le piédestal. Les pas l'amènent sur la grève faire face au Graves. Confrontation frontale, les duels l'un des rares moments où il s'affirme et s'impose plutôt que de suivre le flot et de laisser couler. Ils s'inclinent d'un même mouvement, pas animés du même sentiment pourtant, déséquilibre des respects. Les mots d'Hadrian font naître une dureté dans l'oeil unique, qui n'était pas là avant. Froncement des sourcils. « Si j'avais voulu être épargné je serais allé lire un livre, pas me battre. » Y a dans la voix le tranchant d'angles qui ne sont habituellement pas là. Il a pas envie d'être préservé ni pris à la légère, Izar. Il est là pour apprendre et pour se mettre à l'épreuve. Et puis que sait le Graves de la douleur ?

Plutôt que de s'attarder sur la contrariété, il la donne à bouffer à sa détermination. La baguette levée, l'argent orangé par le couchant, il est prêt quand l'arbitre donne le feu vert. Un pas de côté - il sait qu'il doit agir vite. Alors c'est trois sort qu'il envoie, rapidement, à la suite. Un premier pour l'obliger à bouger. Le deuxième qui rate sa cible, frappe le sol juste à l'endroit où il s'était trouvé - le deuxième qui touche en fait sa cible, frappe le sol et rampe, comme l'éclair sur la surface, qui la couvre d'une glace solide et trop lisse, de quoi faire déraper l'adversaire. Qu'il tombe ou perde juste l'équilibre, l'important est de le déstabiliser. Un maléfice frappe Izar, alors que le charme de métamorphose quittait sa baguette, tranche dans la chaire tendre du bras et appelle la poisse du sang qui coule, coule jusqu'à la main et teinte la baguette - il cille à peine, pourtant, sous la douleur éclair. Il saisit le temps qu'il aurait pu prendre pour esquiver pour envoyer son troisième sort. Préfère l'attaque rapide, un peu sournoise aussi, d'un charme qu'il a fait dériver d'un autre déjà existant. Le murmure coule sur ses lèvres et il partage ses sens, partage les voix surtout, celles que lui et Brygida sont les seuls ici à percevoir, et les amplifie encore à ses seules oreilles. Y a les souffles et les bruits invisibles des courants, des vagues qui s'écrasent impitoyables sur l'esprit ; y a les murmures qui déboussolent, qui parlent de rien et déconcentrent ; et puis les rires et les lamentations, les moqueries et les supplications qui fusent qui fusent qui usent.




Spoiler:
 

_________________
foule
fantôme
 ☼ ✰ ☾ It seems, it seems mighty treacherous A superstition leads me Maybe, maybe it's getting dangerous I'm counting symbols, one, two, three Something in the water, is it me that's going under? I'm shaking Psychic kind of power, now's the time and now's the hour of making


Dernière édition par Izar Fischer le Ven 15 Fév - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
smells like teen spirit
Hadrian Graves
id : IMPÉRATRICE NEPTUNE (lola).
owls : 528

occupation : élève d'ilvermorny, petit prince à la tête trop remplie et aux ambitions trop grandes.
mappa mundi : au manoir familial, à l'école, ou plus loin, dans les bois, perdu entre les arbres.
here since : 27/09/2018

nightcalls
in your pockets: trop d'argent, sa baguette, de la poudre d'obscurité instantanée.
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Dim 3 Fév - 0:46

Des mains habiles se cachent les plus sombres des sorts. Hadrian n'a rien d'un mage noir ou d'un flamboyant auror, pas encore, un jour. C'est la ruse et l'entraînement qui priment, chez lui, rien d'autre que de se battre jusqu'à finir à genoux dans la boue. Il ne compte plus les fois où, épuisé, il s'est endormi dans la froide pièce d'entraînement au fond du manoir familial. La baguette est levée et le salut disposé, regard étincelant lancé au fils Fischer. Défi allumé, relevé. Il ne fera pas le poids mais il a appris à ne rien sous-estimer, pas même ceux qui puissent sembler faibles. Il sait qu'Izar n'en fait de toute façon, pas partie, que ses talents sont bruts et brillent comme l'or, membre du club depuis déjà des années, un simple sourire que personne ne voit sauf eux anime sa bouche. « C'est ce que j'aime entendre. » Prêts à se battre, ensemble et surtout l'un contre l'autre. Son sort est jeté et loupe l'autre élève de peu, vient ricocher contre la cime d'un arbre, cible déviée par le sol glissant tout à coup. Hadrian se rattrape de justesse, cramponné, sur ses pieds, baguette éclair qui prend la forme d'un poignard, énervement rapide et cœur battant. Le sort qui entaille la peau et un sourire satisfait de courte durée, puisque bientôt son cerveau bourdonne, et ses oreilles chauffent. Quelque chose qu'il n'a jamais vu ni connu avant, pourtant habitué aux palabres boueuses s'insinuant dans la cervelle pour tout y retourner. C'est différent, comme les murmures d'ici et d'ailleurs, ceux qui donnent l'impression de se noyer, alors il tangue, Hadrian, il flanche, et la baguette tremble entre des mains d'enfants qui s'est cru roi un moment. Ses genoux qui heurtent le bois gelé et la tête entre les mains. « Arrête. ARRÊTE CA ! » les murmures bientôt se fondent à ceux ambiants avant de se taire totalement. Les yeux qui s'ouvrent et qui semblent perdus, Hadrian qui reste consterné, battu, abattu. « Comment tu fais ça ? » Peut être un peu fasciné, l'envie d'apprendre. En étant certain de ne jamais y arriver, don hors de sa portée.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
run for your life
Izar Fischer
owls : 473

here since : 03/10/2018

nightcalls
in your pockets: necklip + ocarinas (nocturne & diurne)
relations:

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   Sam 16 Fév - 2:02



Au sarcasme pas moins sincère, inhabituellement anguleux, c'est un sourire du Graves qui répond. Il l'observe, Izar, lui trouve presque quelque chose d'incongru. Pas de réponse à donner, ils ne sont pas là pour bavarder - y a juste l'élévation des commissures, pincement plus que sourire. Il ne sait jamais trop comment agir, face au petit prince. Cercle d'or partagé mais les Fischer évitent généralement les réceptions, marginaux même à leur coven, quand les Graves se baignent dans la lumière. Alors c'est sur l'imminence du duel qu'il préfère se focaliser.

Les sorts s'enchaînent, rapides après le glas, éclairs qui, ici, ont succédé au tonnerre. La poisse carmine roule déjà le long du bras, chaleur vitale qui joue les échappée - sortilège pas évité, vu trop tard aussi, arrivé par l'angle mort de l'oeil aveugle. Ca brûle plus que ça fait mal, à l'endroit où les chaires tendres se sont lacérée. Il y prête pas attention, Izar, rapport à la douleur depuis longtemps biaisé pour le meilleur et pour le pire. C'est supportable, trop facilement sans doute pour que ce soit sain et pas risqué. Il prend pas le temps de s'y arrêter : des lèvres, le murmure a déjà coulé, sort inventé et pas encore assez maîtrisé pour être lancé dans le silence. Ca a frappé un Hadrian déstabilisé, la baguette en poignard pour se rattraper sur la glace qui est née sous ses pieds.

Jusque là, tout va bien. Il était déjà prêt à enchaîner, à profiter secondes gagnées sur le prodige doré, certain qu'il parviendrait à se défaire des bruits du monde, rires disruptifs et bravades des palabres, ressac répété, amplifié des vagues d'un univers qu'il ne perçoit normalement pas. Ca l'inonde et, au lieu de se débattre jusqu'à nager, le voilà qui se noie. Perplexité de celui qui, ce soir, s'est fait bourreau. Il comprend pas, Izar. Les genoux ont heurté le bois et ses mains remplacent l'invisible couronne, et y a l'ordre, l'exclamation d'Hadrian. Impérieux même dans une défaite qu'il s'accorde. Latence. La tension le temps que les éléments s'alignent dans la tête. Il croit pas avoir déjà gagné, il pense pas l'avoir mérité. Non, vraiment, il comprend pas, mais il le montre pas. Il essaye, en tout cas.
Le souffle se retient, et il s'avance, Izar. Chaque pas une bravade qui s'impose, à lui-même surtout. Il est là, juste hors de porté de bras, la baguette rivée sur l'adversaire. Une seconde passe. Eclair de joie fugace - y a une violence insoupçonnée et surprenante dans l'éclat de l'émotion qui l'envahi. Déjà repoussée, noyée et réprimée. C'est pas lui, pas à se réjouir de la victoire comme ça. N'est-ce pas ? Qui, d'ailleurs, n'est peut-être pas - comment être sûr de ça ? Ne jamais se détendre, meilleur moyen pour se laisser prendre, conscience trop acérée.

Instant passé comme s'il n'était jamais arrivé. Le sort est levé, et dans le presque silence, il observe un Hadrian a l'air consterné. Un peu perdu de son détour par les voies où pullulent les voix. Ses sens calmés, sans doute, par la disparition du trop plein, quand lui est frappé par le retour du sien. Environnement un instant oublié, y a sur lui la lourdeur des yeux de la foule, l'attention trop écrasante ; les murmures d'une réalité trop franche et immédiate ; le sang qui coule toujours, paresseux, le long de son bras, colle la main sur la baguette, argent du bois souillé par le carmin. Haussement d'épaules un peu forcé, seul, mal à l'aise, face à tout ça. Il pourrait pas répondre, Izar, même s'il le voulait. Pas sans trébucher et se perdre dans des explications qui n'auraient pas de sens. Il faut être comme lui, et Brygida, les autres ne pourraient pas. Alors il préfère pas : il biaise, plutôt. Evasion consciente et un peu gênée. « Verdict ? Est-ce que j'ai aussi gagné ma place dans le club ? » Dans la tête, l'infini ballet des incertitudes.



_________________
foule
fantôme
 ☼ ✰ ☾ It seems, it seems mighty treacherous A superstition leads me Maybe, maybe it's getting dangerous I'm counting symbols, one, two, three Something in the water, is it me that's going under? I'm shaking Psychic kind of power, now's the time and now's the hour of making
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
WHO IS IN CONTROL ? (brygida + libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» [THEME] Control volume HD1 et HD2 mis à jour 26/09
» Un petit pokémon perdu [Libre]
» Système main libre pour auto
» Playmates Lucha Libre USA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h v n d e r :: 
ilvermorny
 :: outdoors
-
Sauter vers: