Revenir en haut Aller en bas

nous attendons les futurs champions de mahoutokoro et de hogwarts, il nous faut donc au minimum trois étudiants entre 16 et 18 ans de chaque école, n'hésitez donc pas !! nous offrons même 600 extra life points (soit le prix d'un double-compte) pour tous ceux qui se lanceraient!
pour rappel, les délégations ne sont pas encore arrivées au château d'ilvermorny ! elles sont attendues pour la mi-octobre et nous ne sommes qu'au début du mois en jeu ! faites donc attention dans vos RP, mais il n'est pas improbable que certains sorciers, notamment ceux qui feraient partie de communauté de soutien, aient décidé de suivre une année à ilvermorny et soient donc arrivé en avance.

Partagez | 
 

 [ the pyre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rider on the storm
avatar
id : compte pnj.
owls : 191

here since : 26/03/2018

MessageSujet: [ the pyre ]   Mar 21 Aoû - 3:09

le bûcher
Le Bûcher est le symbole d'une croyance sorcière autour du mythe du Bouc Noir, le nom que l'on donne à celui qui serait à l'origine même de la magie dans le monde. Beaucoup de personnes ont réfuté l'existence d'une telle entité et continuent fermement de croire que l'arrivée des sorciers s'est faite par évolution du gène humain, plutôt que par la force extérieure d'un quelconque démiurge.

Son nom lui vient des offrandes que l'on faisait alors à ce dieu, en les brûlant avec les morts sur des planches funéraires. Lorsque de nombreuses sorcières furent capturées en Europe et condamnées à mourir par les flammes, certaines se laissaient faire et plutôt que de les enchanter pour qu'elles ne leur fassent aucun mal, elles les laissaient les dévorer dans l'espoir de rejoindre leur Père Créateur. De très anciens grimoires gardent encore les secrets de ce culte, et des adeptes continuent à en suivre les traditions.

Celles-ci sont très mal vues par le reste des sociétés sorcières, qui trouvent certaines pratiques très barbares. En effet, après sept ans de fidélité au Bouc Noir, les sorciers suivent une cérémonie où ils doivent sacrifier l'une des choses qui leur est le plus cher, animé ou non, puis briser leur baguette s'ils en possèdent une et jeter les deux dans le feu. Le sacrifice marque la dévotion et casser sa baguette marque le refus d'appartenir à une société qui tente d'étouffer la magie et de la garder sous contrôle, de la garder secrète. Si le rituel se passe bien, si les sacrifices sont grands et si la rupture se fait sans regret, alors le Bouc Noir exaucerait un vœu. De nombreux fidèles sont donc perçus comme des fanatiques meurtriers, et les polices à travers le monde les recherchent en permanence. Ils vivent néanmoins très loin des communautés magiques et forment leurs propres clans protégés par de puissants sortilèges et maléfices, alors ils sont toujours plus difficiles à trouver une fois qu'ils ont franchi l'étape du sacrifice. D'autres arrivent à échapper aux griffes de ces croyances à temps et aident parfois à retrouver les camps où seraient encore retenus leurs proches. Il est vrai que, lorsque l'on s'engage à rejoindre leurs rangs, il est très difficile de faire demi-tour.

Aux Etats-Unis, ces pratiques ont été condamnées en 1869 et plus personne n'en parle. En revanche, partout encore sur le territoire, on peut retrouver des inscriptions et des figures ancrées dans l'histoire de ce culte, notamment les mots "As Above, So Below", gravés généralement dans les cimetières ou sur les portes de très anciennes maisons, ou on peut retrouver encore de nombreuses statues de boucs. La ville de Silence est sans doute associée au Bûcher, et la rumeur court que ses habitants avaient été massacrés pendant les persécutions et qu'il s'agissait en fait d'un village de passage entre le monde des sorciers tel qu'on le perçoit et celui, derrière les bois épais, de ceux qui se baigneraient dans l'ombre du Bouc.

Les membres du Bûcher qui seraient totalement dévoués au Bouc, vivent avec très peu de moyens, au plus près de la nature sauvage. Ils abandonnent souvent leurs habits et parfois même leurs langues, communiquent d'une nouvelle façon, qu'on associe parfois par erreur à l'hénokéen. Des cloisons gigantesques abritent un petit village, quelque part dans les bois, dont personne ne connaît l'existence puisqu'il n'apparaît qu'à ceux au cœur véritablement prêt à se laisser prendre par l'entité créatrice. A ceux là, en effet, apparaissent des feux follets qui les guident jusque ses portes. Il s'agit d'un refuge pour les fidèles qui n'ont pas encore franchi le pas. Ils peuvent y vivre dans des meilleures conditions, adoptant le mode de vie de leurs ancêtres puritains, avant d'abandonner, petit à petit, leur statue de sorciers tels qu'on les connaît. Une sorte de Nouveau Silence, si l'histoire de Silence s'avère vérifiée. Quand ils sont prêts à s'offrir entièrement au culte, et seulement à cet instant, les portes du village s'ouvrent et ils s'engouffrent alors en forêt (on ne sait pas laquelle), rejoignant la communauté qui y vit. Certains n'ont parfois plus rien d'humain, d'autres devraient être morts depuis longtemps, mais survivent par le cadeau que leur aurait fait leur Dieu. Ils dansent alors autour d'un bûcher où les sacrifices devront être faits et chantent en chœur dans cette langue étrange qui racle les gorges.

Les cérémonies se font sous l’œil avisé d'un Prêtre ou d'une Prêtresse, qui se démarque par l'os en forme de demi-lune portée alors sur son front, ils sont ceux qui dirigent réellement les troupes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[ the pyre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
t h v n d e r :: ● lightning before the thunder ● :: let the game begin :: grimoires-
Sauter vers: